comment 0

8.7.22

Cinq, combien ? six, oui, je crois, sixième tentative de rédaction, guère de succès, je ferais mieux de dormir, non que je me sente inutile, mais quelque chose se prête au sommeil, berceuse de cigales frénétiques, pas moi, calme quasi comme la pierre, polie par l’absence, ma manière d’exil volontaire, si microscopique soit-il, qui révèle quelque chose : que je peux disparaître, le monde continue de tourner sans moi.  Mais ne le savais-tu pas ? me dis-je. Certes mais l’éprouvé-je réellement ? Et l’avoir éprouvé une fois, à supposer que ce soit le cas, ne suffit pas, il faut recommencer, il faut toujours tout recommencer. Exercice d’humilité ? Non, ce n’est pas ce que je peux dire, plutôt ceci : qu’on s’installe au centre d’un univers qui n’existe pas et il importe de détruire cette illusion. L’idée d’un moi installé au centre de son environnement doit être détruite, c’est à partir de cette erreur de jugement que s’élabore la fiction d’un moi que je suis vraiment et qui s’offre de manière transparente à ma perception. Toute la littérature, et ses lointains avatars que sont la psychanalyse, la psychologie, montre pourtant que c’est faux, que nous sommes opaques à nous-mêmes, que l’effort central de notre vie doit être l’éclaircissement de nos notions, de nos croyances, des chimères qui peuplent nos imaginations. Mais qui lit les livres ? On les consomme, ce n’est pas la même chose. Moi, je peux disparaître. N’est-ce pas l’idée la plus réjouissante qui soit ? Regarde : déjà, je ne suis plus là.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.