comment 0

La légèreté de l’esprit. 75.

Je l’observais quelque temps. À distance silencieuse. Quand je me décidai enfin à lui demander pourquoi il hissait tous les jours le drapeau tricolore dans ce jardin potager, il me répondit que c’était son droit. On est encore en France, bordel ! ajouta-t-il dans son patois. Vous avez raison, lui dis-je sur un ton à la politesse contenue, mais vous n’êtes peut-être pas obligé de souligner l’évidence. Ce à quoi il répliqua en pointant sur moi le canon de son fusil. Je le saluai. Nous étions un 15 août. Pas une journée pour mourir. Surtout pas pour une chose aussi voyante et futile qu’une banderole bariolée.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.