comment 0

8.3.19

77, c’est le nombre de poèmes que j’ai décidé d’écrire dans le texte en cours (sortes d’extases provisoires, qui n’est peut-être pas le nom de cet ensemble-là, mais d’un ensemble plus vaste, quand j’y pense, en tout cas, c’est ainsi que je vois les choses). Numérotés en chiffres romains. Ne me demande pas pourquoi, même si je sais pourquoi, pour le caractère désuet, passé, passéiste, de la numérotation, comme si l’on se mettait en tête, ainsi, de compter des sonnets. Voire des sornettes. LXXVII, par conséquent, LXXVII poèmes par conséquent. Et, quand j’aurai écrit le dernier, j’effacerai la numérotation pour ne plus les séparer que par un espace blanc de la taille d’une ligne sautée. Pratique qui n’est pas artificielle, au contraire, parce que c’est un seul et même poème, qui compte 77 membres ou organes, parties. Et, puisque je suis en train de compter, voici où j’en suis : XXXIV/LXXVII.

Quand tu sais ce qu’il faudrait faire, quand tu sais (par exemple) contre quoi il faudrait que tu luttes, mais que tu n’en as pas la force, ou plutôt, que cette force, cette énergie, tu préfères t’en servir pour faire autre chose, parce qu’il te semble si compliqué que c’en est presque fastidieux d’expliquer pourquoi, n’atteins-tu pas à une certaine forme de sainteté, qui est aussi (en un certain sens) de la lâcheté, mais n’est-ce pas souvent la même chose ? Tu te laisses mourir, en effet, tu laisses mourir une certaine partie de toi pour qu’une autre puisse exister plus librement. Ou est-ce simplement que je ne suis pas bien réveillé, ce matin ? Je ne sais pas. Des matins comme celui-ci, le monde est étrange, lointain, alors même qu’il est là, à portée de la main, et tu ne sais pas ce qui est le plus épuisant, d’essayer de ne pas t’effondrer face au monde ou que tout le monde semble parvenir à y prendre part sans le moindre effort particulier. Tout ce qu’il faut faire, tout ce qu’il faut faire pour vivre comme tout le monde, si peu de choses en fait, que tu n’as pas la force de faire, pas le désir. Le monde est là, mais il est infiniment loin.

Je vais faire le ménage et ensuite j’irai courir.

Sous la douche, après être allé courir, j’ai pensé à ce que Laurent Margantin m’a écrit il y a deux ou trois jours, que je devrais publier moi-même la Vie sociale, et je me suis dit que, si d’un certain point de vue, il avait probablement raison, de mon point de vue, ce n’est pas possible. La non-publication de ce texte, qui est ce que j’ai fait de mieux (jusqu’à lui, j’entends, après, c’est une autre histoire), qui a reçu une bourse du CNL, et caetera et caetera, est une anomalie. Or, si je le publie moi-même, je justifie cette anomalie, je fais comme si cette anomalie n’en était pas une, mais comme si la structure du monde était ainsi faite qu’un livre comme celui-ci ne devait pas être publié autrement qu’à compte d’auteur après avoir été refusé par tout le monde (c’est une façon de parler, mais on n’est pas loin de la vérité). Tandis que je pense qu’il faut que cette anomalie soit là, reste là, quand même il n’y aurait que moi pour la voir, en avoir conscience, parce qu’elle rend manifeste quelque chose de la structure du monde, quelque chose qui doit être rendu manifeste et qui l’est (de façon contingente) par la non-publication de la Vie sociale. Est-ce que c’est un problème éditorial ou un problème métaphysique ? Les deux, évidemment.

Est-ce que tu peux être de gauche et avoir une femme de ménage ? — Note cependant que ce n’est pas parce que tu n’as pas de femme de ménage que tu es de gauche.

IMG_20190308_121734.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.