All posts filed under “Journal

comment 0

26.9.21

Au loin les éclairs. Je les vois qui claquent dans le ciel noir. Je voudrais me perdre dans ce journal. C’est ce que je me suis dit après avoir écrit la page d’hier. Ne me l’étais-je pas déjà dit, un jour ? Je crois. Mais je… Read More

25.9.21

À Manosque où, par amour, par dévotion, j’accompagne Nelly qui doit s’y rendre pour le travail, les peigne-culs succèdent aux peigne-culs. Grands tirages suspendus au-dessus de la rue principale de photographies en noir et blanc de gens célèbres en train de lire : Augustin T. dans… Read More

24.9.21

Considérant d’un œil distrait les nouvelles qui occupent l’espace public et semblent passionner mes contemporains (quelle drôle d’engeance), je suis pris d’une irrésistible envie de bâiller. Quel ennui ! me dis-je. J’essaie bien de réagir, mais ne trouve pas la force de le faire autrement qu’en… Read More

23.9.21

Je suis allé acheter un pantalon aujourd’hui. Le pantalon que j’ai acheté ne correspondait pas à l’idée que je me faisais du pantalon que je voulais acheter, pas tout à fait, mais c’est celui-là que j’ai acheté, pas à cause de l’écart entre la réalité… Read More

22.9.21

Quand, après que je lui ai demandé son adresse pour lui envoyer ma traduction de Morton Feldman quand elle paraîtra, G. m’a répondu non, sans employer le mot, il est beaucoup trop subtil pour cela, parce qu’il aurait plus de plaisir à acheter le livre,… Read More

21.9.21

Qu’est-ce que je déteste le plus au monde ? n’est pas la meilleure question avec laquelle se réveiller le matin, commencer la journée et, d’ailleurs, ce n’est pas avec elle que je me réveille. Mais avec Daphné. Cinq heures du matin. Un peu trop tôt. Je tourne,… Read More

20.9.21

Si l’ami est un autre soi-même, si le voyant, c’est soi-même que l’on voit, un peu comme en un miroir, certains jours, je me trouve d’une laideur repoussante. Me dis-je, mais cela n’a pas vraiment d’importance ; comme le déclara un jour Thomas Bernhard à l’occasion… Read More

19.9.21

On faisait les choses pour les avoir faites, telle pourrait être dans quelques années l’épitaphe de notre époque. Et on se prenait en photo en train de. Image pathétique mais réelle de notre unique art de vivre. D’où le capitalisme, la consommation de la culture, la… Read More

18.9.21

Aux abonnés absents. Quelque chose comme une tête parfaitement vide, sans la moindre idée dedans. Mais heureux, enfin je crois. Je marche au soleil. Cuisine en écoutant Lazar Berman jouer les années de pèlerinage de Franz Liszt. Je ne veux plus de cette chaleur qui… Read More

17.09.21

The rose fadesand is renewed againby its seed, naturallybut where save in a poemshall it goto suffer no diminutionof its splendor. Pour me souhaiter un joyeux anniversaire, Christian m’adresse ce poème de William Carlos Williams avec qui nous partageons la propriété insigne d’être nés un 17… Read More