comment 0

28.5.17

Ce matin, le son de la pluie m’a réveillé. J’aurais aimé dormir un peu plus longtemps, mais j’étais heureux de me réveiller ainsi, avec une certaine idée de la fraîcheur.

Que je ne sois pas satisfait (c’est un euphémisme de le dire ainsi) par l’état du monde, cela ne signifie pas que je sois malheureux. Au contraire, je crois que c’est mieux comme ça. Les gens satisfaits ont quelque chose de triste, non ? Eux qui n’attendent rien d’autre, de nouveau, eux qui n’ont plus rien à attendre, en somme, simplement que les choses continuent ainsi, comme elles vont — dans leur sens — dans une sorte de etc. ad inf. où le retour du même n’a rien de l’expérience de pensée, de l’examen pour vérifier que tu aimes ce qui (t’) arrive, mais tout du continuum triste. Tu t’aperçois souvent que c’est quand le choses ne vont pas dans ton sens que tu réalises, que tu accomplis les transformations qui te sont les plus utiles, les transformations décisives, dans ces moments-là que tu précises la forme du moi que tu veux devenir et que tu trouves l’énergie de faire les efforts pour le devenir. Si tout marche tout le temps, tu ne vas nulle part.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.