comments 4

4.7.17

IMG_0741.jpg

Hier, j’ai fait le ménage toute la matinée — environ deux heures trente minutes, voire plus — en écoutant goodbye enemy airship the landlord is dead à fond, et comme cela faisait une éternité que je ne l’avais pas écouté, je crois que j’ai pris encore plus de plaisir à écouter ce disque qui était comme un mantra pour moi, pour nous, au début des années 2000, mais ce n’est pas pour ça que je l’aime tant, ce n’est pas un souvenir, non, c’est un chef-d’œuvre, oui, sans doute oui. — Le ménage ? Ah oui, le ménage. Le ménage, c’était à cause d’une araignée qui avait fait sa toile à côté du lit conjugal, de mon côté évidemment c’est bien pour ça que j’ai traduit des araignées, et qui m’avait mordu et donné de l’urticaire, j’en suis sûr, Nelly l’a tuée la veille, et moi, le lendemain, à savoir hier, j’ai commis une sorte de génocide écologique à base de produits à base de javel, balais à serpillère jetable, aspirateur et gants taille L (mais où sont les XL ?) en latex, il faut dire que la femme de ménage (je veux parler de moi, bien sûr) l’avait fait en dilettante ces derniers temps, le ménage. Deux heures et demi, donc, et mal au dos, donc, ensuite, mais je suis allé courir un peu, quand même, l’après-midi, pas longtemps, j’avais déjà sué comme un cochon toute la matinée, le tout aurait pu me permettre d’aller à Versailles sans forcer, mais pourquoi faire ? Aucune idée. — Aujourd’hui, j’écris cette page du journal en écoutant goodbye enemy airship the landlord is dead, comme un mantra, je disais, sans un mot, une musique parfaite (il y en a d’autres).

La veille de la veille, je m’étais dit qu’il fallait que j’arrête ce journal. Affirmation pas aristotélicienne du tout, malgré les apparences, non, mais parce que, me suis-je ainsi dit après m’être dit qu’il fallait que j’arrête d’écrire ce journal, je ne métabolise rien dans ce journal. Un journal d’ailleurs n’est pas un métabolisme, c’est au mieux un répertoire. Pas comme un roman, par exemple. Et c’est vrai qu’il faut métaboliser pour écrire. Mais d’abord, me suis-je dit ce matin en réponse à mon objection de la veille de la veille : 1) ce n’est pas un vrai journal, Jérôme, il n’a rien d’intime, au contraire, tu ne l’écris que pour le faire lire et 2) ce n’est pas tout ce que tu écris et 3) quand même ce serait tout ce que tu écris ou presque, comme en ce moment, ce ne serait pas tout, il n’épuiserait pas la totalité de ton écriture. Ce qui est juste. Le journal n’est pas, ne peut pas, ne saurait être une œuvre. Mais la fonction répertoire a une valeur — précieuse. Enfin, je crois.

À tous ceux qui, réalistes, admirateurs de leur propre importance, drogués à la réussite, winners par-delà les océans et retour, et retour, détraqués de la domination, rois de la jungle, partisans de la rigueur, phallogoséconomocrates et leurs femelles libertines accouplées à la chaîne, à tous ceux qui veulent changer le monde, à tous ceux qui veulent faire le bien de l’humanité, y compris malgré elle, à tous ceux qui veulent faire le bien de l’humanité, surtout malgré elle, à tous ceux qui sont persuadés de se trouver en haut, tout en haut, au sommet de la chaîne alimentaire, à tous ceux qui pensent avoir trouvé le fin mot de l’histoire, je conseille de faire le ménage, je conseille de frotter, gratter, aspirer, laver, essuyer, briquer, faire briller, transpirer, se fatiguer, se vider l’esprit avec une éponge, une brosse à chiottes, récurer à fond, et un peu plus encore — toute la réalité, toute la vérité est là. Tu ne me crois pas ? — Essaie.

4 Comments

    • Je n’ai malheureusement pas de jardin — et n’ai jamais fait de jardinage —, mais j’ai l’impression que c’est plus apaisant (je n’ai pas dit reposant), et surtout plus noble, non ?

      J'aime

      • C’est surtout plus gratifiant parce que ça pousse 😊
        Quand tu fais le ménage, la poussière revient toujours et on est toujours + maniaque avec la propreté qu’avec les desiderata de la nature.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.