comment 0

10.7.18

Sait-on seulement ce qui nous tire de notre torpeur ? Un courant d’air frais, la peur de la mort ou bien la certitude que nous en avons ?

43704 signes espaces compris dans le fichier habitacles. Nous en avons parlé avec Pierre ce midi, au Cours Julien, pas du livre en tant que livre, mais de ce dont il est question dans le livre — de cabanes, de Wittgenstein, de Walden, d’étangs, de lacs. Je cours pour mincir, ai-je répété à Pierre. Pour trouver ce qu’il faut, aurais-je pu ajouter. Un seuil en-dessous duquel ce n’est pas assez et au-dessus duquel c’est trop. Je cours, c’est-à-dire : je cherche.

— Et quand tu auras trouvé ?
— Finit-on jamais de chercher ?
— Quand on meurt, peut-être.
— C’est par accident. Non par nécessité.

À un moment, Pierre propose d’écrire un traité de métaphysique à quatre mains. C’est une idée.

« by squatter’s right », écrit Thoreau. Le droit de squatter, de s’installer quelque part à la surface de la Terre. Ou d’ailleurs, d’ailleurs.

Capture d’écran 2018-07-10 à 19.55.52.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.