comment 0

30.3.19

Pas de viande (ni d’alcool) de la semaine. Est-ce que les régimes, les diètes, les jeûnes ont une fonction thérapeutique ? En tout cas, ils permettent une conscience plus aiguë du moi, de son fonctionnement, de ce dont il a besoin et ce dont il n’a pas besoin. Le moi se confond-il avec le corps ? Probablement pas. Alors où faut-il chercher la différence ? Faut-il seulement la chercher ? Ne crois pas cependant que tu vas sauver le monde, la planète, ni même que tu vas te sauver toi, par le jeûne, la diète, le régime, le végétarisme strict ou quelque forme de flexitarisme relaxé qui apaise ta conscience sans porter atteinte à ton besoin de plaisirs. Tout ce que tu peux faire, ce sont des expériences. Certaines sont décisives, mais elles n’ont probablement aucune efficace sur le monde tel qu’il va, ce que tu supposes hors de toi. Ce n’est pas comme ça que ça marche. Alors comment ça marche ? Je ne sais pas. Alors, plus simplement, peut-être, qu’est-ce qu’a changé pour toi le fait de ne pas manger de viande pendant une semaine ? Rien. Précisément. Et c’est cela qui est intéressant. Certaines choses ne font pas de différence et pourtant, on y accorde de l’importance. Dans quel rapport aux choses te situes-tu ? Mais tu n’es pas dans un rapport aux choses comme si les choses étaient hors de toi, indépendantes de toi, alors que tout est toujours en relation. La question, ce n’est pas de se passer de viande, mais : comment fabrique-t-on la viande ? Et, de ce point de vue, ne pas manger de viande pendant une semaine (j’entends par là : adopter un régime où la part de viande est faible) a une incidence. Sauf que, d’un autre point de vue, cela ne change rien. McDonald’s développe une intelligence artificielle pour mieux coller aux désirs des consommateurs. Ce qui signifie que, cependant que toi, tu t’interroges sur la dimension thérapeutique, philosophique, économique, je ne sais trop quoi, les gens continuent de s’empiffrer et de manger n’importe quoi, et qu’on les incite à le faire, et qu’on les devance pour mieux leur filer de la merde à manger. Est-ce que tu es étonné ? Non. Pendant que j’écris mes poèmes, pendant que j’écris mon journal, pendant que j’écris, les gens continuent de lire les mêmes merdes et de s’extasier devant les mêmes débiles mentaux, dont on apporte la preuve, par ailleurs, et chaque jour que Dieu fait, qu’ils mentent, que ce sont des escrocs, mais tout le monde s’en fout. Alors quoi ? Arrêter d’écrire et s’empiffrer ? Tout le contraire, justement. C’est ce dont j’ai tenté de faire l’expérience cette semaine, avant de reconduire l’expérience la semaine prochaine.

IMG_20190330_104413

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.