comment 1

26.5.19

Pourquoi y a-t-il tant de gens ? Il y a trop de gens, non ? Moi, je trouve qu’il y a trop de gens. Encore, les gens qui ne font rien, ça va, ils sont là, mais ils ne dérangent pas, ils se contentent d’exister, même si on peut quand même se demander s’ils en ont vraiment conscience, bref, qu’ils le sachent ou non, on pourrait s’en passer, de ceux-là, ça ferait de la place, et on en a besoin, de la place, pour respirer mieux, se sentir mieux, vivre mieux. Non, ceux-là, encore, ça va, je dis, je parle des gens qui ne se contentent pas d’exister mais font en plus des choses et montrent qu’ils les font, et édifient ainsi, tous les jours qu’il leur est donné de vivre, un petit temple à leur propre gloire fait des moments glorieux de leur existence, de photographies d’eux-mêmes, récompenses, victoires, joies et peines, émotions. Surtout les émotions. Autoentreprise dont l’unique vocation est de faire enfler le moi dans l’espoir qu’un jour il soit aussi gros que le monde. C’est eux, qui me font dire qu’il y a trop de gens. Même si les gens qui se contentent d’exister sont responsables des embouteillages dans lesquels je perds mon temps, les gens qui se font une gloire d’exister fabriquent une temporalité parallèle, un temps parasite qui s’écoule à la gloire de chacun, que cette gloire soit factice ou réelle, cela n’a aucune espèce d’importance, les petites gloires prenant exemple sur les grandes pour mener à bien leur entreprise de glorification de soi. Tous les prétextes sont bons, un festival sur la Riviera, une résidence dans le trou du cul de la France profonde, tout est bon. L’erreur, à présent, l’erreur, ce serait de continuer en parlant de moi, en revanche, qui. Non. Est-ce que je suis différent ou pas ? Ce n’est pas la question. Ce n’est pas ce que je voulais dire. Je voulais dire quelque chose de plus simple que je viens de dire. Est-ce que tu crois qu’un jour, je pourrais suivre le mouvement, couler avec le flux ? Est-ce que ça m’est déjà arrivé ? Je crois que ça m’est déjà arrivé. Mais quand ? Il y a longtemps. Je ne sais pas plus. Peu importe, à vrai dire, aujourd’hui, l’univers a doublé la mise : fête des mères et élections européennes. Difficile, dans de telles conditions, d’avoir le sentiment qu’on a sa place au monde, pleinement, que le monde t’a réservé une place où tu seras chez toi, vraiment. Et, à supposer que le monde n’ait pas pensé à faire les réservations, difficile de t’imaginer que tu peux te faire ta place dans le monde, que tu peux creuser ton petit trou, à moins que ce ne soit pour t’y enterrer vivant. Est-ce que ce serait mieux si tu le pouvais ? Oui, d’un certain point de vue, oui. N’est-ce pas de cela que tout le monde a besoin ?  Le sacrosaint sentiment d’appartenance. Appartenir à une classe, une catégorie socio-professionnelle, un mouvement, un parti, une orientation sexuelle, je ne sais pas, moi, quelque chose, tout, n’importe quoi. Aujourd’hui, jour de la fête des mères et des élections européennes, j’aurai dû me contenter de noter que ma mère est morte et que je ne suis pas inscrit sur les listes électorales.

IMG_20190526_101813.jpg

1 Comment so far

  1. Un besoin d’appartenance oui, un besoin de sortir des cases encore plus fort sûrement. Mais c’est là qu’il faut créer ses propres repères.Suivre un flux? Pourquoi pas, tant qu’on ne s’y perd pas. Suivre SON flux c’est une excellente raison de vivre. Sans mère, lors de la fête des mère, ne vivant plus en Europe pour les européennes, mais ayant voté quand même… Super style! Merci pour cet article.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.