comment 0

27.9.19

Admettons que je ne regarde pas mes mains parce qu’il n’y a rien à voir que mes mains et que mes mains ne sont pas quelque chose  à voir, ce sont mes mains, qui regarde ses mains ? Moi. Mais qui suis-je moi ? Moi. Mais qui tu es, toi ? Admettons donc que je ne regarde pas mes mains mais un lieu indéterminé au-delà de mes mains, un lieu que je ne saurais pas nommer si on me le demandait. Si on me demandait comment s’appelle ce lieu que je regarde, je ne saurais pas le dire, ou pas le dire sinon là-bas, là, mais oui, regarde, là. Et alors que ferais-je alors sinon montrer du doigt ? Du doigt au bout de la main, de l’index, je montrerais ce lieu là-bas, que je ne sais nommer mais qui existe pourtant. Ce lieu que je ne sais nommer, je peux cependant le montrer du doigt, mais pour cela, ne faut-il pas que je regarde ma main ? Admettons que je ne regarde pas mes mains, mais simplement ma main, une main, n’importe laquelle des deux, non, pas n’importe laquelle, la main droite, si je devais montrer ce lieu qui se trouve là-bas au-delà de mes mains et que je regarde sans regarder mes mains, ce lieu, si je devais le montrer, je le montrerais d’un doigt de la main droite, index, non pour l’y mettre, ce lieu, à l’index, mais pour le désigner, l’indiquer. Admettons que je ne regarde ni mes mains ni ma main ni rien, que je regarde quelque chose ou que je ne le regarde pas, cela fait-il une différence ? La part la plus immense de nos perceptions n’est-elle pas involontaire ? Inconsciente, voire. Que je regarde ou que je ne regarde pas, qu’importe du moment que je vois ? Mais il fait nuit et je regarde cet espace, là, cet espace que, si tu me le demandais, je te montrerais du doigt. Le bruit des véhicules, grosso modo grosse moto ridicule, qui résonne dans la rue, me distrairait un peu, mais à force de l’entendre, j’aurais fini par ne plus y faire vraiment attention, à ne plus le juger en tant que bruit d’un véhicule qu’un homme sur lui jucher range, mais comme son qui dans la nuit dérange, pas un phénomène mais une action morale, que quelqu’un fait, en pleine possession de sa volonté, et que je peux évaluer comme une action, l’expression certaine du désir manifeste de faire du boucan. Je ne regarde plus ni mes mains ni l’espace au-delà de là où je suis dans la nuit, je ne regarde plus rien, je me suis laissé absorber entier par le bruit du cycle de la vie, le bruit des gens qui passent, moteur qui ronfle, vulgarité absolue de la grosse cylindrée. Existence dans sa pureté. Qui suis-je pour juger ? me demanderas-tu. Qui suis-je pour ne pas juger ? L’un ou l’autre, ce n’est pas idem, non, ce n’est pas ce que je dis. Alors, qu’est-ce que je dis ? Je relève la tête, il y a des lumières, différents tons, des jaunes qui tirent sur l’orange, des jaunes qui tirent sur le blanc. La colline au-delà des bâtis s’est effacée au profit de la nuit. Chaque fois que je lève la tête, si je ne la vois, je sais qu’elle est là, je sens sa présence énorme, millénaire, ancêtre des temps qui surplombe encore la baie. Quand tu plonges vers elle des hauteurs la butte blanche, elle semble s’opposer à toi. Du blanc au vert, c’est comme un itinéraire. À droite la mer. Blanc bleu vert, drapeau d’un pays sans Nation, d’un État sans nom. Il y a deux ou trois jours, j’ai vu des photographies de l’Asie, des immeubles plantés dans les arbres à flanc de collines. Et dans ces photographies de l’Asie, je voyais des images d’ici, de ce monde humain qui pousse dans la végétation. Je voyais un monde dans un monde, enfilades, couloirs, perspectives, défilés des images les unes dans les autres. Tout s’enchaîne. Même les univers écartés. Cette Nation sans nom, ce drapeau sans État, comment pourrais-je l’appeler ?

IMG_20190927_220924.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.