28.11.20

Blanc. Grand. Singer une toile. Un espace clair au moins. De l’air entre les idées. Espacer. Impression systématique de ne pas pouvoir respirer. Encerclé par le chaos et le kitsch. À cela, qu’opposer ? Le faut-il vraiment ou se contenter purement d’être simple, solidaire de rien ? Les mémoires sont devenus impossibles. Désir inassouvi de me plonger dans Saint-Simon. Serait-ce le bon moment, quand il te semble que tu pourrais aussi bien croire que ne pas croire ? Si tu voulais faire quelque chose d’original, vraiment, ne te faudrait-il pas imiter la pierre, et sa vie minérale, hautaine quand même à ras du sol ? Te tenir au niveau où demeurent les choses après qu’elles sont tombées. Si ce que tu prétends vouloir dire ne saurait donner lieu à un chant, faut-il que tu rompes le silence ? Pas de suite dans les idées. Rien que des bribes sans lien aucun entre elles. Tout ce que peut cet être qui s’épuise par moments, oublie ses forces, s’efforce ensuite de les rassembler ? Mais pour quoi faire ? Difficile de répondre à la question. Faut-il seulement la poser ? À l’instant, le vent vient se lever. Il y aura de la lumière. Demain.