comment 0

25.3.17

25.3.17

Deux personnages dialoguent. Ce sont une seule et même personne. Oui, mais quand tu parles à toi-même, es-tu une seule et même personne — ou deux — ou plusieurs ? Platon, pour définir la pensée, a inventé l’expression dialogue silencieux de l’âme avec elle-même. Moi, j’ai toujours trouvé ça très bruyant, penser, c’est peut-être pour cette raison que j’ai commencé à écrire, pour garder les traces de ce brouhaha incessant qui résonne quand tu penses, c’est-à-dire : à peu près tout le temps. Platon aurait sans doute répondu à ma question en affirmant qu’il n’y a jamais qu’une seule et même personne qui parle, qui pense, et qu’on peut la réduire à son essence : l’âme. Mais ce n’est pas satisfaisant : tu ne vas tout de même pas te parler à toi-même, parce que tu n’y trouveras jamais rien de neuf, que les vieilles et mêmes idées que tu as déjà eues par le passé. Si tu te parles, c’est pour parler à quelqu’un d’autre, mais pas une seule autre personne, toute une foule, une multitude, une populace. Peut-être, est-ce pour cela que les gens écrivent des nouvelles pour laisser parler toutes ces voix qui discuplato-with-socrates-Paris-fineartamericatent en permanence, toutes en même temps, pour qu’elles puissent prendre la parole, l’une après l’autre à son tour, pour qu’elles aient voix au chapitre du grand livre dans lequel elles parlent sans s’arrêter.

Tu auras reconnu le dessin de Matthæi Parisiensis, dont Jacques Derrida aura fait l’un de ses plus l’un de ses plus grands textes, avec Circonfessions, dans la Carte postale, des « envois » dans lesquels, il disait, je viens de retrouver ces phrases géniales dans une version antérieure de ce blog : « Pour l’instant, moi, je te dis que je vois Plato bander dans le dos de Socrates et l’ubris insensée de sa queue, une érection interminable, disproportionnée, traverser comme une seule idée la tête de Paris et la chaise du copiste avant de glisser doucement, toute chaude encore, sous la jambe droite de Socrates, en harmonie ou symphonie de mouvement avec ce faisceau de phallus, les pointes, plumes, doigts, ongles et grattoirs, les écritoires même qui s’adressent dans la même direction. La di-rection, la diérection de ce couple, de ces vieux fous, de ces galopins à cheval, c’est nous de toute façon, a priori, (ils arrivent sur nous) nous sommes couchés sur le dos dans le ventre de la jument comme dans une énorme bibliothèque, et ça cavale, ça cavale, de temps en temps je me tourne de ton côté, je me couche sur toi et en devinant, en la reconstituant par toute sorte de calculs et de conjectures hasardeuses, je dresse en toi la carte de leurs déplacements, de ceux qu’ils auront induit du plus léger mouvement de plume, en tirant à peine sur le mors. Puis sans me dégager je me redresse encore », preuve, si l’on veut, qu’on n’est jamais seul, en effet, quand on pense.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.