comment 0

24.5.17

En relativement peu de temps — une à deux semaines tout au plus —, écrit environ 50000 signes de l’histoire de la forêt. Sans me relire, évidemment. Sans me relire, pour avancer dans une sorte de clarté brumeuse ou de brouillard transparent ; c’est un peu la même chose. C’est-à-dire : comme je crois que je l’ai déjà noté, je sais où je vais, mais ce n’est pas parfaitement clair. L’ensemble a désormais une architecture, faite d’ensembles, de sous-ensembles, de sous-sous-ensembles — ou plutôt : d’ensembles, d’ensembles d’ensembles, d’ensembles d’ensembles d’ensembles, et caetera, l’écriture ne monte pas plus qu’elle ne descend, elle prolifère, elle pullule — mais le fait de ne pas me relire maintient l’architecture dans une sorte de flottement, comme si elle n’avait pas de fondements. Et d’ailleurs, l’architecture romanesque n’a pas de fondements, n’en a pas besoin, c’est une invention, et son absence de fondements ressemble à notre vie même, où nous avançons avec des outils que nous élaborons en cours de route, que nous façonnons pour qu’ils s’adaptent à la situation (Aristote, déjà, parlait de la règle de Lesbos en des termes semblables). Le texte aura crû brusquement avant de se ramifier, de s’étendre, de se structure, et puis de s’articuler à nouveau. Des ensembles appelant d’autres ensembles qui eux-mêmes, et caetera dans un cadre fini.

D&G dans 1000 plateaux :

Comment les mouvements de déterritorialisation et les procès de reterritorialisation ne seraient-ils pas relatifs, perpétuellement en branchement, pris les uns dans les autres ? L’orchidée se déterritorialise en formant une image, un calque de guêpe ; mais la guêpe se reterritorialise sur cette image. La guêpe se déterritorialise pourtant, devenant elle-même une pièce dans l’appareil de reproduction de l’orchidée ; mais elle reterritorialise l’orchidée, en en transportant le pollen. La guêpe et l’orchidée font rhizome, en tant qu’hétérogènes. On pourrait dire que l’orchidée imite la guêpe dont elle reproduit l’image de manière signifiante (mimesis, mimétisme, leurre, etc.). Mais ce n’est vrai qu’au niveau des strates — parallélisme entre deux strates telles qu’une organisation végétale sur l’une imite une organisation animale sur l’autre. En même temps il s’agit de tout autre chose : plus du tout imitation, mais capture de code, plus-value de code, augmentation de valence, véritable devenir, devenir-guêpe de l’orchidée, devenir-orchidée de la guêpe, chacun de ces devenirs assurant la déterritorialisation d’un des termes et la reterritorialisation de l’autre, les deux devenirs s’enchaînant et se relayant suivant une circulation d’intensités qui pousse la déterritorialisation toujours plus loin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.