comment 0

19.6.17

Pas la peine de “lire le journal”, les élections législatives n’ont pas eu lieu.

À ce propos, il faut en finir avec les analyses mettant en équation l’abstention et les classes populaires. C’est un moyen de relativiser son importance en expliquant qu’en fait, ce n’est pas vraiment un choix politique conscient, non, si les gens étaient plus riches et plus éduqués, ils iraient voter. On ne se demande jamais pourquoi, si c’est exact, on n’enrichit ni n’éduque les gens. Pour le bien de la démocratie ? Mais surtout, quand l’abstention est aux alentours de 60%, la première force politique française va à la pêche — ou à Dublin. Tout le problème étant de savoir ce qu’on fait de cette force politique-là quand, manifestement, le pouvoir n’en veut rien faire qui compte les suffrages exprimés alors même qu’ils sont la grande minorité. Il est fascinant de survoler les analyses des élites (les gérants des établissements de presse sont un modèle du genre élites françaises), les belles infographies colorées en forme de demi-camembert, comme on apprend à en faire à l’école, ça a tous les dehors de la science, de l’exactitude, de la précision, de la loi électorale, ferme, implacable, indiscutable, le peuple souverain, mais ce qu’il manque dans cette présentation définitive, c’est le trou, la béance dans le fromage, l’expression de tous ceux qui sont allés faire autre chose, et qui sont la majorité. On ne sait pas ce qu’ils pensent, mais on sait qu’ils ne pensent pas ce qu’on leur enjoint de penser. Et qu’ils sont de plus en plus nombreux.

Je pourrais vivre à Dublin. Tu sens tout de suite si tu peux vivre dans une ville ou non, non ? Ça tient à l’atmosphère. En l’occurrence à la mer, même si je ne l’ai pas vue, mais dont tu perçois la présence dans l’air. Goélands. Au mode de vie, aussi. Et à quelque chose qui est chargé de littérature, mais reste léger. C’est ce que j’ai dit à propos du Bloomsday au pub, et qui me semble si vrai : qu’un tel rapport festif, non pompeux par excellence, sans déférence, sans ce respect ridicule, hommages caricaturaux (pense au comique involontaire de la Place Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir — œuvre de grands malades) qu’on rend aux grandsécrivains, est signe de santé. Bon, je n’y vivrai pas, sans doute jamais, c’est vrai, mais c’est une ville sur ma mappemonde. (Tu l’auras compris, Paris n’est pas sur ma carte du monde et, dans quelques mois, elle en sera rayée.)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.