comment 0

31.8.17

Le réel du réaliste, c’est le passé, la mort, la finitude, la dureté des chiffres qui parlent d’eux-mêmes, les faits indiscutables — on ne discute pas avec les réalistes ; on leur obéit —, là même où le réel n’est probablement qu’un possible parmi d’autres, une possibilité qui s’est réalisée, mais qui aurait très bien pu ne pas l’être, une utopie qui a échoué lamentablement et avec laquelle on se retrouve coincé en attendant d’avoir une meilleure idée, un mauvais moment à passer, ou alors un bon, ça dépend, une chance de pouvoir discuter ensemble, peut-être, un point de départ pour une conversation interminable, une histoire qu’on raconte à sa fille avant de lui dire bonne nuit, cent fois bonne nuit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.