comment 0

bois de santal (couleur des Richelieu) les objets qui se cassent par opposition aux objets qui ne se cassent pas (démonstration faite à Nelly) un hiver sur les rives de la Méditerranée (le premier depuis des années) le vent qui souffle contre la vitre a le bruit du tonnerre (observation) olive (couleur du carnet de notes) toutes les choses nouvelles ne sont pas nécessairement bonnes (quelquefois elles ne sont tout simplement nouvelles)  toutes les choses anciennes ne sont pas nécessairement mauvaises (quelquefois elles sont plus complexes qu’elles ne le semblent) photographie ratée de l’olivier sur le balcon sous la pluie (flash) plutôt que l’aversion de soi-même devenir une autre version de soi-même (et une autre et caetera)  mais s’il n’y a que des versions de soi-même où est le soi même ? (rayez la mention inutile) dans le parc les oiseaux chantent tu vois les nids de brindilles de branches lovés dans les arbres nus (des centaines des centaines d’entre eux c’est tout ce que tu entends) les vagues se transforment en gerbes et quand tu passes dessous en voiture tu pourrais dire tout aussi bien oh il pleut (est-ce cela qu’on appelle tempête ? non je ne crois pas) fièvre de Daphné brûlante (réveil nocturne sommeil avec Nelly sur le Chesterfield rouge) le lendemain je m’endors en fin d’après-midi (dans le fauteuil de cuir beige) dans le livre que je lis je découvre une couleur dont il me semble que quelqu’un a déjà parlé mais quand je cherche qui je ne le retrouve pas est-ce donc que j’ai tout imaginé ? (rose Tiepolo dans la Recherche) en tout cas j’ai déjà eu cette impression croire qu’on a déjà lu vu entendu quelque chose mais ne pas retrouver la fois précédente douter dès lors et flotter indéfiniment dans cet état entre deux (sentiment d’une époque) un aveugle aussi peut avoir la sensation de déjà-vu (rire enregistré) qu’est-ce qui est le plus tentant admirer le paysage ou sauter par la fenêtre ? (question au sixième étage) de l’autre côté de l’avenue se monte une troisième grue (paysage réaliste) un peu plus loin à l’horizon le ciel forme une bande bleu turquoise entre la mer indigo et les nuages gris (couleurs d’un paysage réaliste) dans la vitre la nuit l’image qui se reflète a la transparence honnête de l’opacité (l’ombre portée de la cité) un peu plus tard dans la semaine autre superposition des couleurs mer noire ciel orange tirant sur le bleu nuit (la nuit justement qui tombe) les recherches actuelles laissent penser que le cachalot passe beaucoup de temps dans un demi-sommeil ponctué de rêves se laissant dériver de longues heures il semble qu’il dorme souvent à la verticale la tête en bas (note dans le carnet) des états qui font voir le néant par le petit bout de la lorgnette (les maux de tête, le manque de sommeil, l’ennui provoqué par un vieux boiteux qui pontifie devant un parterre d’étudiants dont il regarde certains spécimens féminins d’un air libidineux)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.