comment 0

29.10.18

Firenze
Le sens de l’art change : ce qui était triomphe, symbole de puissance, apologie du pouvoir, affirmation de la transcendance réelle, qu’est-ce désormais sinon ruines, murs qui s’effritent, œuvres restaurées, palais déserts qu’arpentent des hordes de touristes ? Un touriste chinois entre dans une pièce, photographie ce qui s’y trouve, regarde l’écran de son appareil, prend la pose devant une grande masse de forme ronde pour un autre qui rejoue la même saynète, fait deux ou trois autres clichés encore, parle fort, ressort. Le sens de l’art change : âmes qui piétinent en rang en attendant de pénétrer dans le musée. Fortunes qui se font sur un coup médiatique. Célébrité éclair. Démesure des sommes. Trop de zéros. Objets quelconques en guise de support de communication. Couleurs racoleuses. Thématiques tapageuses. Trous dans les manières de voir. On appelle ça des yeux.

À Santa Maria Novella, assis sur un banc sous le Christ de Giotto. — Tout l’art du passé nous est largement inaccessible, on peut bien tâcher de reconstruire le sens d’une œuvre, l’expérience même nous est étrangère. Ne serait-ce que la lumière. Électrique. C’est-à-dire : telle qu’elle n’était pas alors. Nous ne voyons pas la même chose et nous ne voyons pas de la même façon. Ce qui ne signifie pas bien sûr que nous ne voyons rien. Nous voyons tout — autre. Nous restent alors des interprétations possibles, qui ne nous éloignent pas des œuvres, le temps s’en charge à lui seul, mais ne nous en rapprochent pas pour autant.

Orage pour véranda toscane mal étanche. En ce moment même, déluge miniature. Cette nuit, il a plu. Beaucoup, manifestement. Je ne le sais que par ouï-dire, via le récit qu’on m’en fait au matin. Et aussi les flaques d’eau formées sous les portes-fenêtres de la véranda, qui témoignent. Enfant déjà, il m’arrivait de dormir si profondément que l’explosion d’un immeuble à cent mètres à peine de la maison ne me réveillait pas. Depuis cette nuit silencieuse, j’ai acquis la conviction que le chaos de la fin du monde, immense explosion précédant le retour au tohu-bohu originel, aura lieu en pleine nuit, cependant que je dormirai, et que je ne me réveillerai pas.

IMG_20181029_121358_Bokeh

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.