comment 0

25.1.19

Pas beaucoup d’idées. Voire pas du tout, en fait. Mais des envies, ça oui, comme celle-là : me la couler douce, vivre doucement. Pourtant, j’ai écrit ce matin, dans mes habitacles, au réveil, j’ai écrit les phrases avant de les mettre par écrit. Mais ce n’étaient pas des idées — c’étaient des phrases —, oui mais, surtout, c’était un rêve. Je me souvenais d’un rêve que j’avais fait, un vrai rêve, sauf qu’il n’était pas fait d’images, ce rêve, d’images qui racontent une histoire, mais de phrases, qui racontent une histoire, elles aussi, oui, mais pas comme un film, non, comme un passage d’un livre. Que j’étais en train d’écrire, mais que j’aurais très bien pu ne pas écrire (j’ai écrit une nouvelle, comme ça, qui se trouve, je crois, dans le Feu est la flamme du feu). Ces phrases, sont-elles une vie onirique en plus ? J’entends par là : en plus de la vie onirique que j’appellerais cinématographique, une vie onirique textuelle en plus de l’onirique cinématographique, où l’on rêve en images en mouvement qui racontent une histoire ? Est-ce ça ? C’est forcément ça. Mais je ne sais pas si c’est en plus, ou si c’est la même vie onirique qui trouve à s’exprimer de plusieurs façons différentes ? Les musiciens ne se lèvent-ils pas en ayant rêvé la musique (≠ en ayant rêvé de la musique) ? Un sorte de monisme onirique à plusieurs branches. N’importe quoi.

« Dans une démocratie, lis-je, le peuple ne parle que d’une seule voix : par le vote. » Comme les ânes, qui ne parlent que d’une seule voix, en ânonnant.

Tu ne peux pas imaginer résoudre les problèmes politiques si tu ne comprends pas que ce sont avant tout des problèmes moraux — des questions de mœurs, i.e. formes de vie, façons de vivre sa vie. Oh, tu peux toujours raconter et te raconter par la même occasion tout un tas d’histoires, pour réduire la situation à des questions actuelles, d’autant que les gens adorent ça, les problèmes actuels, les questions sociétales, et tout et tout, tu leur en jettes une et ils se ruent dessus, même ceux qui passent pour les plus intelligents, c’est fou, je ne sais pas comment ils font, mais en t’acharnant sur quelque chose qui n’est rien, tu laisses intactes les questions qui devraient t’empêcher de dormir la nuit, alors que tu dors, oui, tu as bien rempli ta journée à beugler, pensant penser.

Ça sert à quoi, la vie ? Ça sert à quoi de vivre une vie, la tienne, la mienne, celle de n’importe qui, si tu n’as jamais le droit de parler que lorsqu’on t’en donne la permission ? Les gens qui pensent comme ça, que, de fait, il faut se taire quand on ne te donne pas la parole, que le peuple parle en votant, et puis, c’est tout, que font-ils au fond ? À part brasser l’air loyaliste qui leur passe entre les deux oreilles ? Walou, voilà ce qu’ils font. C’est terrible, d’être là, comme ça, à attendre qu’on veuille bien te donner la parole, c’est terrible, parce que toute la vie devient comme ça. Et on aboutit à quoi, dans cet univers lugubre du tour de parole majoritaire ? À ceci, de très simple, qui interdit à l’immense majorité de la population mondiale de vivre, à ceci : tu n’existes qu’en proportion de ce que tu vends. Autant te dire que si tu n’as que ta force de travail à vendre, tu ne vas pas crever, non, tu es déjà mort.

Mais bon, moi, ce que je pense, qu’est-ce qu’on peut bien en avoir à foutre ?

Couru 5 kilomètres ce matin. Plus vite que d’habitude (5:30 min/km). Et puis, surtout, le ciel bleu partout au-dessus de toi. Où peux-tu penser ailleurs que sur le ciel bleu ?

(Chut, ne réponds pas aux questions.)

IMG_20190125_114602.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.