comment 0

25.8.19

Face à l’histoire universelle — c’est-à-dire : face à l’histoire des États-Unis d’Amérique —, il faudrait une histoire singulière, pas un destin lié aux grandes mutations du monde, aux transformations de l’histoire majuscule, quelque chose de plus simple. L’histoire de quelqu’un qui voyage, pense, rêve, écoute de la musique, écris parfois une page dans un carnet ou ailleurs. Une telle histoire, je n’en doute pas, peut sembler défaitiste (lui ferait défaut, assurément, l’ampleur dela Guerre et la paix), mais qui peut bien encore avoir envie de gagner, de remporter une bataille, qui plus est une guerre ? Histoire d’une sensibilité tout autre, qui ne soit ni repentir ni gloire outrancière, ni ascétisme ni excès fastueux. Est-ce la fatigue du jour qui parle à ma place, et la chaleur ? Peut-être que oui, mais la fatigue jette un autre jour sur le monde, laisse un espace ouvert à une nouvelle conscience qui reste muette autrement. C’est ce que je me dis. J’écris lentement. Sans savoir vraiment ce qui reste à dire ou s’il ne reste déjà plus rien. Mais j’écris. N’est-ce pas ce qui importe le plus ? Quelquefois, l’action l’emporte sur le quoi. D’autres pas.

IMG_20190824_222713.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.