comment 0

21.9.19

Être quelqu’un, est-ce que c’est mieux qu’être personne ? Imagine, par exemple, que tu parles à quelqu’un, qui ne te répond jamais ou qui te répond, tout d’abord, mais finissant par se lasser, ne te répond plus, imagine, bon, dans ce cas, qui est le raté ? Être personne, est-ce différent d’être quelqu’un ? Quelqu’un est une personne, non ? Est-ce que les gens disparaissent quand personne ne leur parle ? Est-ce que les gens disparaissent quand, après leur avoir parlé, personne ne leur répond plus jamais ? Je ne sais pas. Oui et non. Quand je pense à quelqu’un en général, est-ce que je pense à quelqu’un en particulier moins sa particularité ou est-ce que je ne pense à personne en particulier dans sa généralité ou est-ce que je pense à tout le monde, mais c’est qui, tout le monde ? Jusqu’à quand est-ce que tu vas multiplier les questions sans réponses ? Est-ce que tu prends du plaisir à poser des questions sans réponses ou est-ce que c’est simplement pour parler ? Je ne sais pas, est-ce que ça fait une différence ? Je ne sais pas, si ça faisait une différence, est-ce que ça ferait une différence, cette différence ? Une différence par rapport à quoi ? Le sens, c’est quelque chose de si sensible, si étrange, fuyant, tu t’imagines que tu le comprends, tu t’imagines tant que tu le comprends que tu t’imagines que c’est toi qui le fais, alors que non, le sens est public, le sens est à tout le monde, personne ne l’a jamais fait, c’est tout le monde qui le fait sans arrêt, le sens n’est à personne. N’est-ce pas cela, le merveilleux ? Tu crois parler pour ne rien dire, mais ça n’arrive jamais, il y a toujours une raison de parler quand même elle serait mauvaise, c’est toujours pareil, à la lettre près. Quand même elle serait bonne. Mais parler à qui ? Je ne sais pas, je m’en fous, j’ai l’habitude d’être tout seul, si je devais passer ma vie tout seul, je crois que je le supporterais, je n’ai pas dit que je l’aimerais, non, mais ce n’est pas ça qui me tuerait, non, quand même il en serait ainsi pour l’éternité, le sens, tu ne peux pas mettre le doigt dessus, peut-être, mais il te fait, la nique, c’est ta mère, ton père, ton frère, ta sœur, la famille parlante au cinéma muet, parle parle parle, Marie, parle parle parle, c’est une scène dont je me souviens, la famille Orsoni en vacances en Grèce, à Épidaure, le théâtre, des touristes italiens, ma mère italianiste, fille d’Italienne, et tout et tout, qui rit, mais un peu amère, quand même, ma mère, quand, du haut des gradins, les copains de Maria lui crient parla Maria parla. Le sens, c’est toujours une injonction, parla Maria parla, un regard, une écoute, un jugement, une élocution, un souvenir, plus de sens, toujours plus de sens. Le sens n’en finit jamais de signifier. Quand même tu te tais. Et Dieu qu’il le vaudrait mieux, te taire.

unnamed.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.