9.12.19

Qu’est-ce qui n’est pas faux, feint ? Qui peut ne pas être pris en flagrant délit de mentir, tricher, dévoyer, imiter, répéter, gesticuler, se donner des airs de mais rien en fait ? Qu’est-ce qui est authentique quand être authentique est une posture qui n’a rien d’authentique ? Le vent souffle si fort par moments qu’on aurait presque l’impression que quelque chose s’est passé, mais en fait non. Comment exister quand exister ressemble si fort à ne pas exister qu’on ne sait plus très bien comment faire la différence ? Peut-on seulement la faire ? Pour chaque voix, il y en a une autre qui affirme l’exact contraire. Dans ce contradictoire concert, qui oserait encore prendre la parole, prétendre avoir quelque chose à dire ? Avoir quelque chose à dire, écœurante illusion. Aux confins du ridicule, les gens défilent dans les rues de la capitale de l’univers préalablement privatisées par les organisations syndicales. Retransmission ininterrompue de l’ensemble de nos existences contingentes. Qui s’y intéresse ? Et quand même tu aurais envie de dire qu’avant, c’était mieux, n’oublie jamais qu’avant est la cause de maintenant. Et qu’ainsi tout est pénétré de tout dans un insupportable continuum. Toute cause a un effet qui est lui-même une cause. Et Dieu, dit-on, se cause lui-même causant tout, causa sui de toute la théorie des causes et des effets. Y a-t-il un instant quand tout cela s’arrête enfin ? Oh, pas grand-chose, rien de spectaculaire, rien d’admirable, rien d’estimable, pas grand-chose, une voie sans issue. Peut-on vouloir autre chose sinon que tout s’arrête ? Plus de devenir, un moment au point mort de l’énergie. Au lieu de t’efforcer à cela, que fais-tu ? Tu continues, tu ne peux pas t’en empêcher. En cela comme en tout le reste, le microcosme est à l’image du macrocosme, incapable du moindre répit. Le poème de la création n’est pas illisible, c’est tout le contraire, il est mal écrit. Et celui qui a tout compris, vendrait son âme pour écrire l’ultime trait d’esprit.

IMG_20191209_132157.jpg