30.1.20

Tout est très compliqué et, pourtant, tout est très simple. Peut-être s’agit-il de deux points de vue différents, mais ce ne sont pas deux points de vue contradictoires. Plutôt complémentaires. Comme face à une masse colossale de données à laquelle on s’imagine qu’il faut donner un sens unique. On ne trouvera jamais de sens unique. Cela ne signifie pas qu’on ne puisse rien faire pour autant. Qu’on ne puisse pas se frayer un chemin. C’est-à-dire : trouver une façon de faire à soi, trouver son être simple à soi, et s’y tenir. Une esthétique, une éthique, quelque chose qui te permette de continuer. De tenir bon aussi. Parce que rien n’est fait pour. Je crois même que tout est fait contre. Et que toi, il faut que tu tiennes bon contre ce contre. Est-ce que la négation de la négation est une affirmation ? Ne faut-il pas voir les choses dans l’autre sens ? Si tu n’as rien à affirmer, tu ne peux pas nier la négation. Tu ne peux pas nier ce qui te nie si tu n’affirmes rien. Qu’est-ce que j’affirme ? Écrire. J’ai réfléchi à ce que c’était écrire pour moi, tout à l’heure. Par opposition au rôle qu’on donne à l’écrivain : divertir et être un animateur culturel. Sensibiliser les publics à des problèmes contemporains. Partir en résidence hors les murs suivre le cours d’une rivière à dos de trottinette et en faire un roman en rentrant. Un auxiliaire artistique pour formater la conscience civique des gens. Quelqu’un de totalement inoffensif, mais engagé, évidemment. Contre les discriminations, les injustices, le mal que font les méchants. Évidemment, c’est une caricature, mais j’ai le plus grand mépris pour cette façon elle-même caricaturale de voir les choses et de les faire. Mais est-ce suffisant de nier quelque chose ? Non. Je ne suis pas un négateur. J’affirme avant tout. Écrire (j’emploie sciemment un verbe pas une catégorie comme littérature) a une dimension éthique et esthétique. C’est à la fois un travail sur la langue et sur soi-même. Je dis écrire parce que la littérature telle qu’on la pense aujourd’hui est quelque chose de très étroit. Alors que moi, quand je dis : « littérature », je pense : « tout ce qui s’écrit ». Travail sur la langue, travail sur soi, éthique et esthétique, enquête conceptuelle. Écrire.

IMG_2020-01-30_19_03_14