confiné au sublime

Confiné au sublime.

C = dπ
pas une formule magique
un rien
l’égal du dépit
circonférence de l’être

périmètre à parcourir
toute l’étendue du monde
se résume à ce

tourne tourne et tourne
tant que briller se peut
encore un peu
façon de vivre
de disparaître
de renaître
au dessus dans la demeure limpide
olympienne
aimerait-on pouvoir dire
mais cela n’a plus de sens
pan immense
de ciel bleu
qui tire
son impassibilité
du vent qui le bouscule
nous sommes seuls de toute façon
conscients
quand même fous
de notre impossibilité
à le cerner du regard.

Une sphère finie.

IMG_20200401_132713

N.B. Ce texte fait partie d’un ensemble plus long, un poème intitulé couleurs primaires (et partout c’est la guerre), en cours d’écriture.