All posts filed under “Non classé

19.12.21

Effets secondaires. Impression qu’on s’est amusé à me rouer de coups toute la nuit durant. J’envisage d’écrire quelque chose au sujet de la cause de cette sensation, de la cause de la fièvre et de la fatigue de la veille, mais non. J’ai cru en… Read More

Sainte Lucie de Zurbarán

Une collection de choses dont je ne connais pas le nom, mais que je cherche. À tâtons. Comme nous sommes toujours dans le noir, je cherche les yeux fermés. C’est ainsi que j’avance. À tâtons, donc. Une composition de choses. De toutes les choses. Posées… Read More

18.8.21

30°C à l’ombre, 8 km parcourus entre sol y sombra, cadence tranquille, rien que pour la joie pure et vraie de mettre un pied devant l’autre et d’avancer, la joie pure et vraie du corps en mouvement — courir. C’est la vie même (pas courir,… Read More

15.8.21

La page du journal d’hier était alcoolisée, la page d’aujourd’hui devrait être fatiguée. Elle l’est. Mais ce n’est pas grave. Je vois bien où est l’essentiel, et je n’en ai pas peur. Hier, écrivant, dans un coin un peu à l’écart, je me suis trouvé… Read More

14.8.21

Comment faire des trous dans les jours ? Comment interrompre tout ? Comment tout faire disparaître ? Ici. C’est-à-dire, peut-être, poser cette question : comment trouver de l’absence ? Et cette question, par exemple, qui se pose, la voici : comment se fait-il que la philosophie occidentale, et par mimétisme, par… Read More

8.5.21

Chaque vie est un chant du cygne. Sans rire, c’est la phrase par laquelle je voulais commencer ma grande œuvre. Il y a deux ou trois nuits de cela. J’étais allongé dans mon lit, sur le point de m’endormir, ou pas tout à fait, en… Read More

Lumières, 27.

Yeux plus inquietsque le ventreencoreje regarde la lumièrefaibliret mon envienon pas de vivremais d’agir avecleurs sourires me médusentbête apeurée hélasdans le silence des imagesau son coupé bleussur la peau de l’universsans traces sur les lèvresni même dans l’airqui voudrait disparaîtredevrait pourtant se satisfaired’êtrereprise à l’infinide… Read More

Lumières, 20.

On n’échappe pas à la laideurle lierre grimpeentre les blocs de bétonoù sont blottis des dieux terrifiésje regarde le ciel bleuen écho au soleilvestige des humiliésjadis ici quelqu’un écrivit :« Macron meurt »avec un point d’exclamation.

Lumières, 11.

Crampes mentalesdes souvenirs tragiquesl’avenir nous voudraitenfants sauvageset moi qui te regardeécouter ma déclamationje souris à l’idée que rienabsolument : rienne change jamais.

09:14

09:14dans l’atmosphèrequi n’essaie de teniren l’air ?énigmatique désinenceest-ce que le désirdanse ?à la solde de l’échecune tentation de l’ordreétendue plus claireque la passion de l’horizonfugace imagesur le vase peintele monstre a la têteà l’enverset le héros lui aussiqui regarde en l’aircependant qu’à la proue seull’œil… Read More