exercice banal et beau du quotidien

L’enfant qui invente des jeux
paraît chaque jour
un peu plus grande
à nos yeux
au fond desquels
chaque jour aussi à notre tour
nous semblons un peu moins
vieux —
la vie a des façons de passer
ainsi
une force latente
qui ne jaillit pas
mais coule puissante
et permanente
comment se fait-il alors
que nous soyons aveugles
à elle
et que seule l’exception
l’urgence la crise
bref
la peur de la mort
nous la montre
à l’occasion
fugitive
telle qu’elle est pourtant
tout le temps
dans l’exercice banal et beau du quotidien ?

IMG_20200406_162429__01

Avertissement : ce texte est un extrait d’un ensemble plus long, un poème intitulé couleurs primaires (et partout c’est la guerre) toujours en cours d’écriture.