il y a une mélodie

Pas un nuage dans le ciel
où fixer l’attention
qui dérive dès lors
le sommeil devient
quoi sinon l’horizon ?
mais je ne ferme pas les yeux
non ce n’est pas vrai
du moins pas assez longtemps
pour m’enfoncer
quitter la veille
j’entends une musique
quelque notes précises
si je ne puis les dénombrer
elles raisonnent
et ce qui trouve là à s’exprimer
n’est ni un mirage
ni mon intériorité
(qui a eu l’idée
d’ailleurs
de cette vie intérieure
qui d’autre que celui
qui était privé de toute vie extérieure ?)
quelque chose de plus subtil
et de plus solide aussi
il y a une mélodie
dans les choses
qui ne vient pas des choses
mêmes
mais à elles en réponse
de plus loin et pourtant
dedans.

IMG_20200412_102546

Avertissement : ce texte est un extrait d’un ensemble plus long, un poème intitulé couleurs primaires (et partout c’est la guerre) toujours en cours d’écriture.