les nymphes

Profits de la prophylaxie
le cours de l’eau
explose quand les fontaines
toutes sont taries
a-t-on jamais vu visage si triste
couleur si terne vide ?
un instant de silence
enveloppe ce bas monde
quart-monde de la vérité
chacun tente d’expliquer
comme il peut son attrait
délirant pour l’insensé ou pire
l’à peu près mais personne
ne sait plus parler ou bégaie
comme les onanistes les terroristes
la mitraillette à la main l’air de rien
qui s’étonnera après que
les nymphes se soient suicidées ?

IMG_20200508_102840

Déclameur : ce texte est un extrait d’un ensemble plus long, un poème intitulé couleurs primaires (et partout c’est la guerre) toujours en cours d’écriture.