chants d’oiseaux barbares

Chants d’oiseaux barbares
importés exotiques
rêves de lointains
confins de l’univers
espoirs en série
hôtels clubs camps
concentration des corps
gens d’idéaux bâtards
la nuance tue à la nuance
près les uns des autres
phénomènes entassés
dans l’espoir affaibli que rien
surtout jamais n’arrive
monceaux de déshérence
élans d’assauts hagards
fixe l’x à rabattre
sur tout pourvu que ce soit
comme adam ève
origine discutable quand on y pense
mais à quoi penser ?
tu vois me dis-je
ne restent plus que des questions
plus ou moins mal posées
on a pris l’habitude
de faire des vers sur des affirmations
mais les certitudes les vers
les ont bouffées
ne restent plus alors que ces formes
ambiguës mi monstre
mi organe oreilles biscornues
doutes qui se lovent jusque
dans le creux du doute
même amour des deux mains —
qui pourrait désirer moins ?

IMG_20200509_121626

Déclameur : ce texte est un extrait d’un ensemble plus long, un poème intitulé couleurs primaires (et partout c’est la guerre) toujours en cours d’écriture.