30.10.20

Antispécisme, postcolonialisme, antifascisme, antiracisme, et caetera, le besoin d’appartenir à un courant en dit long sur son envers : l’absence de pensée, ou plutôt l’absence de faculté de penser par soi-même. C’est une vraie question, me semble-t-il, qui se pose : quel intérêt peut-on trouver à écouter quelqu’un dont on sait déjà ce qu’il va dire ? Qui peut bien y trouver un quelconque intérêt sinon celui qui se situe déjà dans ce courant, celui qui est déjà convaincu ? En sorte qu’il n’y a plus que des débats internes, chacun ne s’adressant jamais qu’à ceux qui appartiennent au même courant que lui, les rencontres externes (avec ceux, donc, qui appartiennent à un autre courant) ne se faisant jamais que sur le mode du conflit, de l’agression, de la violence, fût-elle purement verbale (mais y a-t-il des comportements purement verbaux ?). On ne se parle plus qu’à soi-même ; il n’y a plus de dialogue. D’où l’alternative, probablement : la grégarité ou la solitude. Qui, pour opposées qu’elles paraissent, sont deux aspects d’une seule et même réalité. Mais se sent-on moins seul quand on pense des pensées que d’autres ont fabriquées pour qu’on les pense, pour qu’on les adopte telles quelles, non pour qu’elles nous apprennent à penser, nous apprennent à vivre, mais pour qu’elles soient adoptées en bloc ? Oui, on se sent peut-être moins seul, mais l’est-on vraiment ? Est-ce que ceux qui pensent ainsi (qui ne pensent pas, donc, mais sont pensés ou adoptent les dehors vestimentaires de la pensée — un -isme est un uniforme) s’en soucient ? Je ne le crois pas. Au fond de tout cela, qu’y a-t-il sinon un besoin de repos, le désir que les choses soient simples, une bonne fois pour toutes, et que je n’ai plus d’effort à fournir, d’autres les ayant fournis avant moi, je n’ai plus qu’à obéir ? D’où tous ces appels à des messages simples (c’est-à-dire simplistes), ce refus a priori du « oui, mais » (c’est-à-dire la haine de la nuance). Car, à mon sens, il ne faut pas s’y tromper, tous les courants ont un point en commun : leur dogmatisme intransigeant. Et le durcissement des mœurs que ce dernier entraîne. 

Me représente (avec) des souliers blancs.