Thot graphomane (carnet noir) : l’ascenseur

L’ascenseur
le désir
le silence dans les couloirs
froids
où donc la quiétude ?
le rivage
loin
que des mensonges
ou trop d’incertitudes
je compose des chansons pour les fous
des chants lointains
remonte le cours des ondes
la bourse ou la mort
toujours quelque chose à perdre
mais qui la regarde
tous les jours en face ?
qui voudrait encore faire
un pas sur place — danser ?
tu crois la rime vaine
ou bien encore téléphonée
ici pas de communication
éloge de l’absence
zéro distance
tout ce que le monde hait
de peur dis-je
de peur de devoir apprendre
à exister —
un instant encore et moi
je saurai comment subsister.