comment 0

25.12.21

Le temps d’y songer, l’instant a passé. Le temps demeure tel qu’il est — disparu. Je regarde mon sexe en sifflotant et me brosse les dents feignant de m’en souvenir. Images bizarres que je consigne sans en penser rien. Ni bien ni mal ni rien. Le ciel est désespérément gris, qui donnerait presque envie de s’abandonner à cette passion bourgeoise qu’est l’ennui. J’ai la peau rouge des silences mats, la carnation qui se confond avec le mur blanc, une main de spectre dans un anneau, les beaux jours n’ont pas l’allure qu’on leur prête quand on ferme les yeux pour les voir mieux. Nuages de vapeur sur des vagues ternes. Seule chose qui luise : lointain cirque, ampoules qui forment un petit dôme grotesque et avorté. Du doigt, je cherche la forme géométrique parfaite et ne trouve guère qu’une énième version de moi. Partout, rien que cela, ce culte du minuscule, privé de toute ambition. Plutôt qu’une cantate de Bach pour le jour de Noël, j’écoute Five Pianos de Morton Feldman, en souvenir d’un objet volant lequel fut jeté hier au visage des ennemis de la vérité. À défaut de cantate, donc, j’ajuste ma cravate (noire), là, comme je suis, allongé sur le lit, pas las, non, — guéri.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.