comment 0

17.1.22

Sans même m’en rendre compte, je m’auto-analyse du point de vue de la performance. Ce n’est que dans un deuxième temps que j’en prends conscience. Mais n’est-ce pas déjà trop tard ? Le mal n’est-il pas déjà fait ? Pourquoi le serait-ce ? Pourquoi le serait-il ? S’il était déjà trop tard, si le mal était déjà fait, nous n’aurions plus besoin ni d’histoire ni d’histoires (pas d’en raconter, d’en inventer). Et puis, comment m’imaginer que je serais immunisé contre l’idéologie de mon temps ? En vertu de quel principe, de quel charme, de quelle supériorité, si l’on veut ? Il y a un but, il faut découvrir le chemin à emprunter pour y parvenir. Si tu avais déjà atteint au but, tu n’aurais pas besoin de chemin, mais tu ne serais nulle part. Le but ne doit pas être quelque part. Il ne doit pas être nulle part non plus. Il doit être ailleurs. Parce que tu cherches le chemin, tu es quelque part. Tu peux tout à fait être en chemin sans que ce chemin ait une fin. Le but n’est pas la fin du chemin (là où il s’arrête). Pas plus que le but n’est le chemin lui-même. Le perfectionnement n’est pas la perfection. Le but n’est pas l’arrêt. Il n’y a pas de repos bien mérité. Il n’y a qu’un prélude à la mort. Comme la mort est inéluctable, fais en sorte que son prélude soit le plus bref possible. Il fait beau et froid. La nuit, pour se chauffer, les gens semblent faire des feux qui empestent l’air, le rendent quasi irrespirable. Est-ce qu’ils sont anesthésiés ? Est-ce qu’ils sont trop pauvres pour se chauffer autrement ? Ce n’est pas très grave ni même très important, que ce qu’ils font brûler sente mauvais, c’est une remarque, comme ça, en passant. Pas un nuage dans le ciel bleu. Plus beau moment de l’année. Mais je n’en jouis pas réellement. J’ai le sentiment de n’être déjà plus ici. Parlé longuement avec P. au téléphone tout à l’heure. En fait, je l’ai plus écouté que je n’ai parlé, mais cela ne me gêne pas, il parle mieux que moi, sa conversation est plus agréable que la mienne, même si dire cela ainsi est un peu étrange puisque c’est lui qui a voulu que nous nous parlions aujourd’hui, c’est qu’il doit bien trouver ma conversation agréable. En tout cas, c’était bien de parler avec un être humain. Si bien et si rare. Image forte : le rouge sang de l’orange dans le verre.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.