comment 0

6.11.22

Tout le monde est communiste quand c’est la propriété de l’autre. C’est comme sortir de sa tête : c’est plus facile quand on n’y est pas. Non que tout ne soit qu’une question de point de vue, quoique, mais non, ce n’est pas ce que je veux dire, qu’est-ce que je veux dire ? je ne sais pas, qu’il faut faire varier les points de vue ? oui, oui, sans doute quelque chose comme cela. D’accord, mais qu’est-ce qu’un point de vue ? Le point de vue d’un astigmate est-il le même que celui d’un myope ? Grave question. Plus grave qu’il n’y paraît. Hier au soir, le type travesti en fille m’a crié : « Oh, le misogyne ! » — je crois qu’en plus il me montrait du doigt, comme les enfants, les pauvres — alors que, précisément, non, j’étais tout sauf misogyne, je parlais à son amie la fille sur le pied d’une parfaite égalité. Donc, si tout est une question de point de vue, il ne faut pas perdre de vue qu’on peut voir les choses de travers, voire mal, voire pas du tout. Cela me procura un sentiment étrange de sortir, à la nuit tombée, hier, non pas pour rentrer, mais pour sortir justement, pour voir des gens que je n’avais pas vus depuis longtemps, passer une bonne partie de la nuit avec eux, vivre avec eux, écouter leur musique, leur parler, rire, raconter des bêtises, se dire des choses profondes, parfois. À croire donc que j’aurais désormais ce que j’ai pu appeler, dans d’autres circonstances, une « vie sociale ». Et pourquoi pas, après tout, qui pourrait m’en empêcher ? La fille qui pensait que j’avais quarante ans et à qui j’ai répondu qu’elle se trompait, j’en ai quarante-cinq. Quel âge avait-elle, elle ? Qu’est-ce que tu crois que je peux bien en avoir à faire ? Empruntant l’avenue de France dans le sens inverse de celui dans lequel je l’avais empruntée le mois dernier pour rentrer chez moi [24.10.22], oui, c’est vrai, je me suis demandé ce que je faisais là, mais ce n’était pas parce que je n’avais pas envie d’aller là où j’étais en train d’aller, c’était tout simplement parce que c’était laid et que je trouvais les gens que je croisais pas très beaux non plus, tandis que les gens que j’allais voir, j’allais les trouver magnifiques. Ce matin, pensant à mon sexe plus turgescent alors qui l’était encore quelques instants auparavant, je me suis dit ces paroles exactes : « du sublime au ridicule », exactement vraies, ou à peu près.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.