sept février deux mille vingt-trois

Éclipse. Le soleil était passé derrière la tour. À présent, je plisse les yeux pour écrire, cherche à trouver un angle où je puis voir ce que j’écris à l’écran. Tout à l’heure, à la pointe de l’île Saint Louis, le calme apparent du fleuve semblait absorber le bruit du chaos de la ville. Il y eut comme un instant de paix, illusoire, on entendait parfaitement les sirènes des véhicules de la police qui hurlaient, mais on aurait pu y croire si c’est ce qu’on avait recherché. Qu’est-ce que je cherchais, moi ? Je ne sais pas. Ou alors je l’ai oublié. J’avais envie d’explorer Paris. C’est imbécile à dire ainsi, n’est-ce pas ? Et pourtant, ce n’est pas tout à fait inutile. J’étais bien. J’avais fermé les yeux, et puis je les avais rouvert, considérant sans pensée cachée le flux lent et puissant du fleuve, je m’étais laissé absorber par la chaleur du soleil qui contrastait avec le froid de l’air. Vif, sec. Toxique. Notre expérience a ceci de particulier que rien de positif ne peut se percevoir qui ne contienne sa part exactement équivalente de négatif. Tout porte en soi sa négation, sa destruction. Chaque beauté a sa part hideuse, chaque plaisir sa part honteuse, chaque bonheur sa part désastreuse. Est-ce la raison pour laquelle notre époque se gave de jouissances kitsch, de valeurs dégradées, d’esthétiques frelatées ? Cela, sans doute, oui, et puis quoi d’autre ? Je ne sais pas. C’est beaucoup déjà, non ? Tous ces gens qui parlent ; voudrais-je avoir moi aussi dans ces moments « quelqu’un à qui parler » ? Mais je ne pourrais pas alors penser mes pensées. C’est vrai, cependant, que quelqu’un me manque parfois, je le perçois, le ressens distinctement, il manque quelqu’un à qui parler de certaines choses, avec qui penser à autre voix, un autre moi-même, comme on dit, un peu bêtement, un tout autre qui comprenne, vaudrait-il mieux dire, peut-être, mais peut-on vraiment dire que quelqu’un nous manque quand on ne sait pas qui ? Personne a besoin de quelqu’un ; au fond, n’est-ce pas comique, tragique, ironique ?