comment 0

5.5.17

Apprends ce matin la mort de Ruwen Ogien. Son livre sur la Faiblesse de la volonté m’avait fasciné alors que j’étais étudiant en philosophie : la force conceptuelle, l’approche d’une question historique (l’acrasie) sans faire de l’histoire de la philosophie, l’analyse logique qui va quelque part, apporte quelque chose. Ça ne m’avait pas permis d’avoir l’agrégation, certes, mais c’est un livre auquel il m’arrive encore de penser, des années après — ce qui est bien plus important, je crois. Plus tard, j’avais eu le plaisir de le croiser, quand je travaillais chez G. En plus de l’intelligence puissante qu’on sentait dans ses livres, j’avais rencontré une personne simple, souriante, gentille, drôle.

D. T. Suzuki, dans ses Essais sur le bouddhisme zen : « Paï-tchang Nieh-p’an, prié par ses moines de faire un sermon, leur dit de travailler à la ferme, après quoi il leur ferait une causerie sur le grand sujet du Bouddhisme. Ils firent ainsi qu’on le leur avait enjoint, et vinrent vers le maître pour entendre son sermon ; celui-ci, sans dire un seul mot, se contenta de tendre vers les moines ses bras tout grands ouverts. Peut-être, après tout, n’y a-t-il rien de mystérieux dans le Zen ? Tout y est largement exposé à vos yeux. Si vous mangez votre nourriture, si vous entretenez vos vêtements en parfait état de propreté, si vous travaillez à la ferme pour faire pousser votre riz et vos légumes, vous faites tout ce qu’on demande de vous sur cette terre, et l’infini est réalisé en vous. Comment est-il réalisé ? Lorsqu’on demanda à Mou-tcheou ce qu’était le Zen, il récita une phrase sanskrite d’un Sûtra, appelé Mahâprajnâpâramitâ. Celui qui l’avait questionné s’avoua incapable de comprendre la portée de cette étrange phrase ; sur ce, le maître la commenta ainsi : “Ma robe est complètement usée depuis tant d’années que je la porte. Et des parties de son tissu, lambeaux déchiquetés, flottants, ont été transportées par le vent dans les nuages.” »

Peu à peu, nous découvrons qu’il n’y a pas de dernier mot, qu’il est donc vain de le chercher, et que jamais aucune expérience n’épuisera les possibilités de l’expérience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.