comment 0

10.1.18

Sur la littérature. — La littérature, c’est l’écriture. Tout le reste n’est que littérature.

Sur la littérature. 2. — Retient-on un orgasme ? Il traverse. Dévaste. Ou alors, c’est que personne ne jouit.

Peut-être, après tout, peut-être. Peut-être que personne ne jouit. La démocratisation de la culture, la fin de la transcendance, le climat d’accessibilité de tout à tous ont permis la multiplication des créateurs sur terre. Créature = créateur — équation de l’Occident. Or, créateur, est-il autre chose que le nom poliment désuet qu’on donne au producteur qui produit un produit que le consommateur consomme ? Comme tout ceci est bien arrangé. Oh, bien sûr, tous les actes de consommation sont associés à une jouissance. Se multiplient ainsi les adjectifs pour exprimer la grande joie que procurent la consumation de tous les biens en vente sur le marché, la jubilation. Pourtant, de cris de joie, on n’en pousse guère qu’à la télévision, voire dans les journaux qui la singent. La jubilation de la jouissance est ainsi une suite d’images mises en scène, publics qui applaudissent dans les cérémonies de remise des prix, stades remplis de gens qui crient, scandent le nom de leur équipe et, à l’occasion, se tabassent allègrement, foules en délire ou bien en larmes qui chantent en chœur un refrain monologique, familles en extase devant leur nouvel appareil connecté, haies de corps qui assistent au défilé en agitant gentiment le petit drapeau de leur nationalité.

Sur un panneau publicitaire : Métro. Boulot. Libido.

— Mais alors, que proposes-tu ?
— Moi ? Rien. Je m’adonne à l’exploration esthétique de mon existence.

Que faire d’autre, en effet ? La révolution ? Y a-t-il attitude plus vulgaire que celle qui consiste à se payer de mots qu’on a si bien vidés de leur sens qu’ils ne provoquent plus le moindre frisson, qu’ils laissent froids et circulent ainsi dans toutes les bouches, entre tous les sexes ?
On a les orgasmes qu’on mérite. Les plaisirs qu’on prend. Les livres qu’on écrit.
Il faut que les livres que tu écris ne ressemblent à rien. Qu’ils ne soient dictés par personne d’autre que toi-même. Aucun vivant ne dispose d’un droit de regard. Il n’y a que ta spécificité qui importe. Ton originalité radicale. Et derechef, l’exploration esthétique de ton existence.

IMG_7621 (1).jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.