comment 0

31.5.18

Pas de grands desseins. Quelques notes dans un carnet. Jouer de la guitare. Traduire. Traduire. Traduire.

Est-ce que la vie peut s’écouler ainsi ?

Pas de grands desseins. Enfin, rien d’explicite. Plutôt des indices. Une forme d’intentionnalité qui ne trouvera peut-être jamais à s’exprimer, qui restera toujours à l’état de pur possible. Qui sait ? Peut-être doit-il en être ainsi ?

Dans le carnet noir, je note des mots, des verbes, des atmosphères et puis cet aphorisme : Comme elle n’est pas moche et qu’elle est de gauche, tous les vieux qui ne peuvent plus coucher avec achètent ses livres, les yeux fermés.

— Faut-il donc que tout s’achève toujours par un accès d’ironie ?
— Tu ne peux tout de même pas te prendre au sérieux.
— Un peu. Un peu, non ?
— Si tu veux, mais pas trop longtemps. Après, il faut se remettre au travail. (Comme on parle à un enfant.)

IMG_4138.JPG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.