comment 0

5.7.18

Vent qui souffle. Fort. Ciel bleu pure Méditerranée.

J’ai écrit quelques pages pour les habitacles aujourd’hui, et je me rends bien compte que je ne sais pas toujours ce que je raconte. Je n’avance pas masqué. C’est l’inverse. J’avance dans un espace masqué que je découvre en avançant. En écrivant. Peut-être que je raconte n’importe quoi. C’est tout à fait possible. Mais c’est un risque à courir. Sinon quoi ? On raconterait toujours la même chose, qu’on connaît déjà, la même rengaine, petite musique de l’écriture, boîte à musique de la littérature, toujours le même tube qu’on n’en peut plus d’entendre.

Les clichés ont la vie dure parce qu’ils entretiennent l’illusion que la vie est facile.

Robert Smithson a pris un aller simple en bus pour Passaic dans le New Jersey le 30 septembre 1967. Le jour de la Saint-Jérôme.

Ōhara, Japon. Walden Pond, Massachussetts. Skjolden, Norvège. Passaic, New Jersey. Cartographie habitable.

habitacles.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.