comment 0

26.7.18

Il n’y a pas de version ultime d’un livre, d’un texte, d’une œuvre, de rien. On s’arrête, on fait autre chose, on n’a plus rien à dire, on a autre chose à dire, on est mort, on commence une nouvelle vie, on s’arrête pour faire autre chose ou plus rien du tout.

Le pouvoir qui se déguise en pouvoir pour exercer le pouvoir ; — telle est la figure inédite du monde nouveau. Où le vrai et le faux ne valent plus rien (pas d’argent pas de morale), ne sont remplacés par rien (pas d’espoir au lieu du savoir ni solidarité à la place de la vérité), mais se trouvent noyés dans des histoires à raconter dont l’aune n’est pas qu’elles soient bonnes ou mauvaises, mais qu’elles passent.

Fini la relecture en face à face du dernier volume des araignées. Par suite, exactement par suite, les idées se mettent en place pour retourner à habitacles, comme s’il avait fallu attendre d’être libéré de cette affaire pour écrire à nouveau.

John Cage. Daseitz Teitaro Suzuki. Socrate. Morton Feldman. Oui, j’écris un livre avec ça. Mais pas que ça.

IMG_20180726_152607~2.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.