comment 0

14.10.18

Ce matin, j’ai marché dans Marseille, et c’était bien. De la maison jusqu’à la plage de la Pointe Rouge et retour en faisant un détour et des photographies de ce que je voyais tout autour de moi, et c’était bien. Un peu plus de 7 kilomètres et demi en tout. Je sais que j’ai mesuré la distance parce que je savais que j’avais besoin de penser me dépenser, on dirait le slogan d’une publicité non ? de sortir, de prendre l’air, pour ne pas devenir complètement fou. Mais le problème, c’est que je le suis déjà. C’était bien parce qu’en marchant, je me suis dit heureusement que j’habite à Marseille. En un an, à peu près toutes les personnes en qui j’avais confiance m’ont laissé tomber et, si j’avais encore vécu à Paris, je ne l’aurais pas supporté. Oh, bien sûr, oui bien sûr, cette ville-ci est insupportable par tellement d’aspects qu’il ne sert à rien de les énumérer, enfin pour moi cela ne sert à rien étant donné que fondamentalement c’est faux, mais cette ville-ci, je l’aime, c’est comme ça, je n’y peux rien. Et c’est très bien, en fait, non ? Enfin, moi je trouve que c’est très bien. Sortir marcher jusqu’à la mer et retour, ce n’était pas pour moi le moyen de trouver une bonne occasion de plus de me plaindre de tous les maux qui m’accablent, même pas de m’en débarrasser, non, je voulais simplement prendre l’air et quand je suis arrivé sur la plage de la Pointe Rouge et que j’ai regardé la mer et que j’ai regardé le ciel d’automne dans le ciel de Marseille et que j’ai admiré ce sublime contrejour du soleil que des nuages voilent, j’ai trouvé ce paysage-ci tellement beau que je n’avais plus rien à dire de plus, plus aucune raison de me plaindre de plus, plus aucune raison du tout. Heureusement que je vis ici, me suis-je fait remarquer. Et même si je pense beaucoup à Dublin en ce moment, Ulysses oblige, et même si je sais d’expérience que Dublin est une ville où je me sentirais bien vivre, le temps ici, un dimanche matin un peu nuageux, avec beaucoup de vent et un chaud-froid-sec-humide en guise d’atmosphère, parfait la vie. Il y avait bien ce mec beaucoup trop musclé qui sortait de l’eau avec ce petit slip de bain beaucoup trop petit mais si je l’ai vu, certes, je suis observateur, je n’y peux rien, je vois je vois je scrute j’observe, en le croisant, je ne lui ai pas fait le plaisir d’un regard que j’ai détourné vers la mer. C’est quand même beaucoup plus intéressant. J’ai marché le long du qu’est-ce que je disais déjà ? je ne sais plus Daphné belle enfant d’ans trois m’a interrompu littoral et puis une petite boucle pour prendre derrière le lion rouge l’avenue Joseph Vidal qui parallèle l’avenue de la Pointe rouge avant de bifurquer pour ramener vers Bonneveine, écart vers l’église dont les cloches sonnaient et dont le parking ne se remplissait pas pas assez de vieux pour aller à la messe, j’ai emprunté une traverse qui ne traversait rien n’en était pas une donc mais c’est moi qui l’ai appelée traverse pas le cadastre, il y avait des gens en vélo qui faisaient un course pour pour je ne sais pas pour quoi, j’avais chaud, j’ai transpiré, mais l’air était frais, chaud-froid de l’automne sec-humide, j’aime ce temps aussi, j’aime tous les temps des matins comme ce matin. Est-ce que tu vis quelque chose pour l’écrire ? Est-ce qu’il faut vivre quelque chose pour écrire ? Est-ce qu’il faut avoir quelque chose à écrire pour le vivre ? Pourquoi écrire et vivre seraient-ils distincts ? J’ai toujours dit j’écris comme je respire et ce matin, j’avais besoin d’air — écrire et marcher 2 en 1.

IMG_20181014_100727.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.