28.7.19

Deux questions : d’où vient le sens et à quoi sert-il ?

Rêvé que j’écrivais ces questions. Je me revois les écrire en lettres majuscules dans un cahier, lumière grise dans le rêve, comme la couleur du cahier où, si je les avais écrites hors du rêve, je les aurais écrites. Mais, si je me revois en train d’écrire ces deux questions, leur lettre m’échappe ; je vois une scène — moi en train d’écrire ces deux questions en majuscules dans un cahier —, mais je ne vois pas exactement les lettres, je devine, ce que j’ai écrit, et ma restitution de la lettre n’est qu’imparfaite. Il manque tout le contexte du rêve. Pourtant, je vois clairement l’image, et il me semble que je peux parcourir les signes par moi tracés, mais le rêve m’apparaît inaccessible, pure image, pas texte. Aussi, ce que je retranscris de la lettre du rêve, qu’est-ce ? Quelque chose que j’invente pour me faire accroire que je participe de mon rêve, que ma veille participe de mon rêve, ou l’esprit du rêve ? Pourquoi n’ai-je pas accès à la lettre du rêve ? C’est pourtant bien cela que je veux, le rêve littéral. Pas sa métaphore, par exemple. Pas son esprit. Rêvé aussi que quelqu’un parlait de la façon de rêver, de sa façon de rêver, mais au moment où j’ai noté par écrit ce rêve-là à la suite du premier sur une feuille de papier brouillon (le verso d’un tirage papier du pdf de Zero Day), tout de suite au réveil, je ne savais pas si c’était un rêve ou un souvenir diurne mélangé à des souvenirs nocturnes, une sorte de monstre figé entre le rêve et la veille. Ce second rêve est-il le contexte du premier ? Est-ce un seul et même rêve ? S’agit-il d’une sorte d’être tout autre ? Est-il possible de distinguer la veille du rêve ?

ORSONIRISME

ai-je écrit dans un cadre griffonné, ensuite.

IMG_20190728_203737.jpg