comment 0

3.8.19

Peut-on décemment se réjouir que 80% des Français aient l’intention de partir en vacances avec un livre dans leurs bagages ? Peut-on se réjouir que les gens lisent ? Peut-on se réjouir que les gens partent en vacances ? Peut-on se réjouir ? C’est un peu comme se demander si la vie a un sens. Peut-on vraiment se poser ce genre de questions ? Tout à l’heure, par exemple, je suis allé courir dans les champs et puis sur la route (plus sur la route que dans les champs pour éviter les abeilles qui ont essayé de me tuer quand je suis passé à côté de leur ruche, hier) et, quand je suis passé sur la route, une voiture m’a dépassé avec à son volant un automobiliste qui écoutait toutes fenêtres ouvertes une musique impossible, un mélange d’exotisme, de pop, de musique électronique, de chanson française, quelque chose d’incroyable, qu’en fait je ne suis même pas capable de décrire. Au cédez-le-passage, il s’est arrêté. J’ai cru qu’il laissait passer une voiture, mais non, il n’y en avait pas. Il n’avançait plus. Alors, je me suis dit, Jérôme, c’est bon, tu vas voir que c’est un maniaque, pourtant, je ne suis pas une adolescente, mais c’est un malade, il va vouloir me parler, me faire monter dans sa voiture, me montrer son petit appendice, en plus à la campagne, ils sont tous plus ou moins arriérés, tout le monde le sait, non mais qu’est-ce que je fous ici ? La voiture ne bougeait toujours pas. Je suis arrivé à sa hauteur, j’ai jeté un coup d’œil à ce qu’il faisait. Évidemment, il regardait son téléphone. Là, planté en plein milieu de la route, comme s’il était seul au monde. Il a levé la tête, m’a regardé. Je me suis dit, merde, pourquoi est-ce que je l’ai regardé ? il va croire que j’ai quelque chose à lui dire, j’ai hoché imperceptiblement la tête d’un air dédaigneux et supérieur pour lui signifier que je le méprisais et me suis dépêché de le dépasser en accélérant dans la mesure du possible, c’est-à-dire de mes forces obèses. J’ai tourné à gauche pour entrer dans Illiers-Combray. Mais, évidemment, face à une automobile, un piéton ne tiendra jamais la distance. Lui aussi, il a tourné à gauche. Je ne le regardais plus, mais je l’entendais, avec son horrible musique qui beuglait à en pleurer. Il m’a rejoint, a ralenti à ma hauteur. Là, je me suis dit, c’est bon, lui, il va essayer de me violer. Je ne mens pas, c’est vraiment ce que je me suis dit. Pourtant, je suis gros, tout rouge, plein de sueur. Oui, c’est vrai, Jérôme, me suis-je dit, mais d’abord, tu as minci, et en plus, c’est justement ça, le problème avec les maniaques, les détraqués, les paysans arriérés, on ne sait jamais ce qui est susceptible de les exciter, tu vois, un Parisien, on sait, une soirée au Silencio, ou l’inauguration de la Fondation Louis Vuitton, ça l’excite, pas de risques de se tromper, un Marseillais, tu lui donnes huit litres de pastis, tu le jettes à la mer avec des boules de pétanque, il est content, ce con, mais un paysan, non, on ne peut pas savoir, si ça se trouve, tu vas tomber sur quelqu’un qui jouit en pénétrant tout entier dans l’utérus des vaches, ou sur un violeur de jogger, on ne peut pas prévoir. Si on pouvait, ce ne serait plus la campagne. Il a ralenti et a commencé à me parler. Je me suis dit, Jérôme, ne fais pas le malin, pas la même erreur une deuxième fois, ne le regarde pas, fais comme s’il n’était pas là, comme s’il n’existait pas. Je continuais de courir et lui de me parler. J’ai eu du mal à comprendre. Comme je ne le regardais pas, comme je faisais comme s’il n’existait pas, je ne pouvais pas trop m’intéresser à ce qu’il disait, mais je crois qu’il m’a raconté qu’il voulait m’encourager. Ne l’encourage pas, Jérôme, lui, ne l’encourage pas, c’est un détraqué, c’est évident. Alors, il a accéléré et m’a laissé tout seul sur ma route à Illiers-Combray. La vraie question que je devrais me poser, cependant, n’a rien à voir. Je devrais me demander pourquoi nous ne sommes pas allés à Vienne en vacances, mais comme c’est moi qui ai eu l’idée de venir ici, je crois qu’on approche là de profondeurs insondables.

IMG_20190803_105925.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.