comment 0

11.12.19

Remède pour traverser un rhume comme la quille du navire, l’écume. — Ustensiles : un grand verre (pinte), une casserole avec son couvercle, un presse-agrume, une cuillère (suffisamment longue pour ne pas se brûler les doigts). — Ingrédients : de l’eau, du thé (Earl Grey), un petit citron, du miel de lavande. — Recette : versez l’eau dans la casserole, le couvercle sur la casserole, et placez-la sur le feu. Mettez à bouillir. Pendant ce temps, disposez le sachet de thé dans le grand verre. Transvasez l’eau bouillante dans le verre et laissez infuser (trois minutes suffisent). Pendant ce temps, pressez le citron. Versez son jus dans le verre après que vous en aurez préalablement ôté le sachet de thé. Prélevez une cuillerée de miel. Plongez-la dans le verre et mélangez jusqu’à ce que le miel soit dissous complètement dans le liquide. La couleur doit être homogène, aux reflets dorés. — Buvez à petites gorgées en prenant soin de ne pas vous brûler.

Tu vois le pire, me suis-je dit après avoir rédigé la recette de ce remède, lequel ne fait pas de miracles mais couler une goutte de délice dans un océan de sécrétions, le pire, tu vois, c’est que jamais le monde n’a eu de sens, c’est vrai, c’est une erreur que nous commettons trop souvent de nous imaginer que cela date d’aujourd’hui, qu’avant c’était différent, je crois que c’est faux, mais ce n’est pas cela le pire, non, le pire, c’est que personne ou presque ne fasse quoi que ce soit pour remédier à cette situation de non-sens absolu. L’immense majorité s’enfonce chaque jour un peu plus dans ce non-sens total. C’est ce que j’ai noté hier, et que j’appelle pour parler simplement l’impossibilité de sortir de sa tête, l’enferment dans une façon de penser rigide, étriqué, quand même c’est l’Humanité ou la Terre que l’on voudrait sauver, l’incapacité à échapper à son propre point de vue, non pour le relativiser, mais pour ne pas raconter n’importe quoi. Parce que, quand tu t’enfermes dans ta propre façon de penser, tu ne prêtes même plus la moindre attention à rien, rien qu’à elle, et la simple logique — ne pas raconter n’importe quoi — est sacrifiée sur l’autel de ta certitude d’être dans le vrai. Comment enrayer la production de non-sens ? Est-ce seulement possible ? Ou es-tu condamné à le voir proliférer sans rien pouvoir faire d’efficace ? Parce que, se lamenter, ce n’est pas efficace, en rire, ce n’est pas efficace, dresser la liste de tous les non-sens que tu rencontres, ce n’est pas efficace, se couper du monde, ce n’est pas efficace, les dénoncer, non plus, ce n’est pas efficace (comment parler à quelqu’un qui ne veut pas, ne peut pas sortir de sa tête ?).

C’est désespérant. Et je ne sais pas ce qui me fait le plus mal à la tête : le rhume ou les crampes mentales ?

IMG_20191211_152432_Bokeh.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.