admiration du rouge

Admiration du rouge
quand tout aura disparu
tache au milieu du champ
voir
d’abord les yeux fermés
brûlure à même les rétines
rétives
j’imagine des peaux claires
mais c’est la mienne
que je vois
les trottoirs sont peuplés
de sauvages
mais les urnes de même
ainsi ne fais-je jamais que passer
outre le chant
le doux nom
de démocratie
cannibalisme blême
les ténors sont de sortie
les peintres aussi
je fixe
l’immaculée macula
de l’enfant que j’espère
bien née
les femmes sont
le devenir des gommes
commençons donc
par tout
effacer.

Déclameur : ce texte est un extrait d’un ensemble plus long, un poème intitulé couleurs primaires (et partout c’est la guerre) toujours en cours d’écriture.