quel signe faire

Quel signe faire
quel geste de la main
avoir quelque chose à voir
ou alors rien ?
il y a toujours quelqu’un
qui fait semblant
et se refuse à garder le silence
et moi qui n’ai pas grand-chose
même pas un gramme de science
des traces peu
que je disperse
y a-t-il un monde
au coin duquel
me tenir
ou bien tout ceci n’est-il jamais que
la répétition
d’un drame antique
et profond
auquel cependant
faut de sens et par la nôtre
nous n’entendons
que du souffle
une langue étrangère ?
même pas —
que du vent —
n’est-il pas semblable
à cela notre destin ?
d’une intelligence certaine
mais que nous ne saisissons pas
et d’espaces désirables
dans le temps de notre vie
ne restent qu’échos
lointains
la certitude de la défaite
qui ne vaut pas
mieux que de la victoire
je forme des phrases certes
avec des mots que personne
n’entend et les phrases dites
de même
aphones et profanées
mais pas assez
non il faut croire
pas assez pour me faire en silence
une promesse à moi-même
de n’écrire plus jamais
que la formule
ultime qui résoudra tout
en une cadence parfaite
sans nulle autre au-delà
le dernier aphorisme.

Déclameur : ce texte est un extrait d’un ensemble plus long, un poème intitulé couleurs primaires (et partout c’est la guerre) toujours en cours d’écriture.