ce qui demeure

Ce qui demeure
de l’absence
plongeurs antiques
en nos mythiques piscines
ne cherche pas la source
tarie
je dis à l’enfant :
de cette Méditerranée
ne retiens pas l’accent
mais la lumière
est-ce que je crois
en la voix pure
ou est-ce que je mens ?
fragiles oiseaux
au soleil posés
sur les rochers
mes frères inhumains
ce monde où nous sommes
tombés
serais-je prêt à lui dire
oui
en tout
ou en parts légères
et comme découpées
par des paroles ailées ?
maîtrise : traîtrise
et tout ceci
qu’en faire ?
sinon l’appeler
chants.