All posts filed under “Sortes d’extases provisoires

LXVII. Les yeux rouges et le noir au fond les gens ont le goût indubitable sur le bout de la langue du savon est-ce qu’il vaut mieux avoir raison demandait hier le haut-parleur dans le poste de télévision ou mourir tout seul comme un con ?… Read More

LXIV. Feuilles de rien qui tombent on dirait la pluie songe d’une chance impossible pas besoin d’une phrase entends-la une odeur en suspens une chose qui n’existe pas un parfum n’est pas un objet sur la ligne de flottaison insensible qu’est-ce que tu dessines ? des… Read More

LXIII. Impossible de me concentrer je regarde une série débile sur netflix me force pour rire rien n’a de sens surtout pas ça probablement absolument trop d’adverbes de toute façon mais je suis humain tu sais je fais très bien semblant.

LXII. Tout le monde parle mais on ne comprend pas grand-chose est-ce affaire de confusion ou parce que rien de tout cela n’a de sens ? il y a des fleurs sur le bas-côté de la route nous garons la voiture cueillons trois coquelicots tu peux… Read More

LXI. Visage de l’homme absent dans ses yeux rien que de la fumée à supposer bien sûr qu’il y ait encore quelque chose à perdre il n’y a plus rien à gagner comment vivre ? ne demande pas le visage de l’homme absent la question… Read More

LX. Quelques heures avant l’incendie de la cathédrale j’ai croisé une vieille dame dans le parc dans sa main elle tenait un sac en papier blanc de gros caractères étaient imprimés dessus comme moi l’observateur attentif pouvait déchiffrer cette inscription étonnante oui au sexy slogan… Read More

LVIII. Je mange des noix de cajou en ne pensant à rien ou bien alors au néant ce qui est presque la même chose tout à l’heure sur le parking de l’immeuble d’en face des enfants jouaient à se donner des coups de tubes en… Read More

LVII. Des photos de toi-même c’est tout l’horizon dans les nuages digitaux au bout de tes doigts et ta langue qui pendent à présent qu’est-ce que tu fais là à ne regarder que toi ? des photos de toi-même c’est tout ce qui te tient lieu… Read More

LVI. Quand tu commences à prendre la réalité pour une parodie de ce qu’elle est est-ce que le monde s’est épuisé soudain fatigué ou bien est-ce toi qui as déraillé et ne sais plus quoi faire sinon cette version comique pour ne pas t’effacer en… Read More