All posts filed under “Sortes d’extases provisoires

comment 0

XX. Quand les papillons de jour et les papillons de nuit se relaieront pour butiner mon corps je serai pareil à une plante ou une chaise de bureau en polyuréthane grise et abandonnée sur le bas-côté d’une route de campagne quelque part en France mais… Read More

comment 0

XIX. Pas de chance avec le silence quelque chose s’est brisé peu à peu on oublie comment c’était avant que ce soit cassé plus personne ne sait non vraiment pas de chance avec le silence au-dessous — c’est l’étage mais c’est aussi une question d’ontologie… Read More

comment 0

XVIII. Mes mains mes doigts dessinent des formes dans le ciel inconnues de moi je continue un certain temps sans plus songer à rien que mes mains mes doigts avant que des oiseaux passent dans le ciel les oiseaux n’ont pas de doigts me dis-je… Read More

comment 0

XVII. J’aime rester au lit le matin les autres sont déjà debout réveillés mais moi je regarde le plafond ni blanc ni noir couleur du matin volets fermés j’écoute les bruits de la maison et les bruits qui viennent de la rue aussi attentif au… Read More

comment 0

XVI. Phares de nuit rouge et blanc le sens s’inverse hémisphères de mon cerveau ou de l’asphalte garde les pieds sur terre me dis-je et la tête dans les nuages l’enfant dort à côté.

comment 0

XV. Nuit contre la vitre la lumière derrière s’estompe avant de disparaître aura orange noir dessous la ligne d’horizon bleu jusques aux cieux avant de revenir à zéro il fait chaud dans l’habitacle on pourrait dormir si je pose le front contre la nuit je… Read More

comment 0

XIV. Il n’y a rien de pire que la mauvaise poésie est-ce que j’écris de mauvais poèmes ? oui c’est possible oui il n’y a rien de pire que la mauvaise poésie sans rythme et pleine d’images transparentes et d’idées insipides pas de sel jamais dans… Read More