comment 0

30.1.18

Combien d’idées pensées intuitions qui font pffuit avant même que tu puisses les tenir avant même que tu puisses les saisir quelque chose comme une phrase floue de laquelle tu voudrais t’approcher un peu plus près pour voir comment elle est faite tu sens quelque chose mais c’est si indistinct que tu ne sais même pas si ça pourrait vouloir dire quelque chose à un moment ou à un autre et puis si au moins tu pouvais la dire la phrase floue et ne la pas comprendre du tout mais au moins l’entendre la mélanger à ta salive dans ta bouche ou là devant toi l’écrire écrite peut-être qu’elle ne perdrait pas de son étrangeté mais tu pourrais au moins dire cela d’elle qu’elle est étrange alors que non même pas qu’elle est étrange cette phrase ! tu ne peux même pas le dire ? Impression que le front pèse sur les yeux aujourd’hui qui regardent vers le bas. Est-ce un affaissement de l’esprit ? Est-ce la direction que prend mon esprit, vers le bas, irrémédiablement, impossible d’édifier quelque chose, absorption dans les doigts des pieds de tout le contenu de la pensée écervelée ? Possible. En tout cas, j’ai fini de lire la traduction des araignées 2 aujourd’hui. Ce pourquoi peut-être il me semble que j’ai les yeux si fatigués qu’ils ne me servent à rien qu’à les vouloir fermer longtemps, oublié tout ce qu’il se passe au-dehors, au-delà de la baie vitrée, quelquefois je vois des oiseaux qui passent au-dessus du balcon, comme s’ils tombaient du toit dans le vide, mais je n’ai pas envie de les regarder. J’ai envie que tout disparaisse, que tout ne soit pas si triste, au final, que je ne sois pas si médiocre, finalement, que quelque chose se passe suite à quoi je pourrais dire bravo ! comme quand je dis bravo à Daphné et que nous applaudissons tous les trois des deux mains ce qui fait six mains qui applaudissent. Quand on y pense, six mains qui applaudissent, ce n’est pas beaucoup, non, c’est mieux que cela, c’est juste le nombre qu’il faut de mains. Alors pourquoi vouloir le succès ? Pourquoi espérer désirer attendre un quelconque succès qui, fort probablement, ne viendra jamais ? Parce que c’est la norme de l’époque ? Oh si seulement je n’étais pas si médiocre.

Pas mis le nez dehors aujourd’hui, mais écouté les Altenberg-Lieder d’Alban Berg. Ce que j’avais envie d’entendre au moment où j’avais envie de l’entendre. Demain, j’irai m’aérer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.