comments 2

30.11.18

Il pleut, j’ai froid, et je n’arrive pas à me débarrasser de mon rhume. Une partie du personnel de l’école où Daphné va est en grève et Daphné ne veut pas faire la sieste, en fait elle est surexcitée, elle chante un chanson à propos d’une sorcière au lieu de dormir. Cette nuit, quand Daphné s’est réveillée vers 3 heures du matin, je me suis aperçu que j’avais le nez bouché et que je dormais la bouche ouverte. J’ai cru que j’allais m’étouffer. Mais non. J’ai quand même réussi à me rendormir. Ce matin, j’ai du mal à me lever. J’avais envie de dormir encore. Des heures encore. Des jours entiers. Je me suis levé. Nelly a accompagné Daphné à l’école. Et moi je suis resté à la maison. J’ai pensé à la France un instant et je me suis souvenu qu’hier j’avais voulu traduire un poème de Bukowski qui me ressemble. Enfin, en le lisant, je me suis dit c’est moi. Ce n’est pas moi, c’est lui, mais tu vois, quoi. C’est ça, la poésie. Alors ce matin, je ne sais pas pourquoi, je l’ai traduit. J’ai eu du mal avec des images qui évoquent des images sexuelles, et puis cette expression you are in the ego-dream que j’ai traduite par tu vis dans tes rêves, ce n’est pas ça, je sais, mais il faut bien mettre quelque chose. J’adore le titre de ce poème : i wanted to overthrow the government but all i brought down was somebody’s wife / j’ai voulu renverser le gouvernement mais tout ce que j’ai réussi à tomber c’est la femme d’un autre.

j’ai voulu renverser le
gouvernement
mais tout ce que j’ai réussi à tomber c’est la femme d’un autre

30 chiens, 20 hommes sur 20 chevaux et un renard
et regarde, ils écrivent,
tu es la dupe de l’état, de l’église,
tu vis dans tes rêves,
révise ton histoire, étudie le système monétaire,
remarque que la guerre raciale date de 23000 ans.

voilà, je me souviens c’était il y a 20 ans, j’étais assis avec un vieux tailleur juif,
son nez à la lumière de la lampe avait l’air d’un canon tourné vers l’ennemi ; et
il y avait un pharmacien italien qui vivait dans un appartement avec un loyer très cher
dans le meilleur coin de la ville ; on avait comploté pour renverser
une dynastie vacillante ; le tailleur cousait des boutons sur une veste,
l’Italien me plantait son cigare dans l’œil, m’enflammait,
une dynastie vacillante à moi tout seul, toujours aussi bourré que possible,
cultivé, affamé, déprimé, mais en fait
un joli petit cul aurait dissipé toutes mes rancœurs,
mais je ne le savais pas ça ; j’ai écouté mon Italien et mon Juif
et je suis sorti marcher dans les allées sombres fumer les cigarettes que j’avais taxées
et regarder l’arrière des maisons qui brûlaient,
mais quelque part on a raté notre coup : on n’en avait pas assez, on n’était pas assez grands ou petits,
ou alors on voulait juste parler ou on s’emmerdait, et du coup l’anarchie c’est tombé à l’eau
et le Juif est mort et l’Italien s’est fâché parce que j’étais resté avec sa
femme alors qu’il était parti à la pharmacie ; il s’en foutait que
son gouvernement personnel soit renversé, et elle se laissait renverser facile, et
j’ai eu des remords : les enfants dormaient dans la chambre à côté ;
mais ensuite j’ai gagné 200 $ au craps et j’ai pris un bus pour la Nouvelle-Orléans,
et debout au coin de la rue j’ai écouté la musique qui venait des bars
et ensuite je suis entré dans les bars,
et je me suis assis j’ai pensé au Juif mort,
tout ce qu’il faisait c’était coudre des boutons et parler,
et comment il était parti alors qu’il était plus fort que nous tous —
il est parti parce que sa vessie ne marchait plus,
et peut-être que c’est ça qui a sauvé Wall Street et Manhattan
et l’Église et Central Park West et Rome
et la Rive Gauche, mais la femme du pharmacien, elle était jolie,
elle en avait marre des bombes sous l’oreiller et d’entendre râler contre le Pape
et elle avait un très joli visage, de très belles jambes,
mais je crois qu’elle ressentait la même chose que moi : le faible ce n’était pas le Gouvernement
mais l’Homme, l’un après l’autre, les hommes ne sont jamais aussi forts que leurs idées
et les idées sont des gouvernements faits hommes ;
et tout a commencé sur un canapé avec un martini renversé
et s’est fini dans la chambre à coucher : le désir, la révolution,
la bêtise c’était fini, et avec le vent les stores faisaient du bruit,
faisaient le bruit des sabres, craquaient comme des canons,
et 30 chiens, 20 hommes sur 20 chevaux pourchassaient un renard
à travers champs sous le soleil,
et je suis sorti du lit j’ai bâillé me suis gratté le ventre
et su que bientôt     très bientôt  j’allais me
bourrer la gueule   encore.

 Et puis, il y a eu un orage.

IMG_2018-11-30_13_17_16_1.jpg

2 Comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.